Sibylle

w7
Denier Manlia

Une sibylle est une « prophétesse », une femme qui fait œuvre de divination.

Les Romains conservaient pieusement dans le temple de Jupiter Capitolin les Livres sibyllins, qui aurait été vendus par une vieille femme (peut-être la Sibylle de Cumes) à Tarquin le Superbe, au 6ème siècle av. J.-C. Celle-ci se rendit auprès du roi avec neuf livres oraculaires, et lui en demanda une énorme somme. Il se moqua d’elle et la renvoya ; elle brûla trois des livres, et lui offrit les six restants pour la même somme. Tarquin refusant toujours de payer, elle en brûla trois autres, et lui offrit les trois derniers, toujours au même prix. Cette fois-ci Tarquin consulta un conseil de prêtres, les Augures, qui déplorèrent la perte des six livres et lui conseillèrent d’acheter ceux qui restaient. Elle était belle et vénérer par les romain.

Les livres sibyllins ont par exemple été consultés durant l’année 194 avant J.-C. en raison de tremblements de terre.

Ces livres, confiés à la garde de deux prêtres particuliers appelés duumvirs, étaient consultés dans les grandes calamités, mais il fallait un décret du sénat romain pour y avoir recours, et il était défendu aux duumvirs de les laisser voir à quelqu’un sous peine de mort.

Ils ne contenaient pas de prophéties, mais des remèdes expiatoires à appliquer lorsque surviennent des « prodiges », événements exceptionnels particulièrement redoutés par les Romains. En réalité le texte des Livres sibyllins était d’une obscurité telle que des siècles plus tard, Cicéron, peu enclin à la crédulité, dira qu’on pouvait en tirer ce que l’on voulait au gré des circonstances.

Après l’incendie du Capitole (-83), plusieurs missions furent envoyées dans les pays supposés héberger des sibylles, afin de reconstituer les ouvrages perdus. Contrôlés et expurgés par Auguste et Tibère, ils furent finalement détruits par des fanatiques chrétiens quelques siècles plus tard, en l’an 406, sous l’empereur Honorius (395-423), en raison de la prédiction imputant à ces derniers la destruction de l’humanité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Christopher Merat

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.