Marcia

La gens Marcia, parfois écrite Martia, était l’une des maisons les plus anciennes et les plus nobles de la Rome antique. Ils prétendaient descendre des deuxième et quatrième rois romains, et le premier des Marcii apparaissant dans l’histoire de la République semblerait avoir été patricien; mais toutes les familles des Marcii connues dans vers la fin de la République étaient plébéiennes. Le premier à obtenir le consulat fut Gaius Marcius Rutilus en 357 avant JC, quelques années seulement après le passage de la lex Licinia Sextia ouvrit ce bureau aux plébéiens [1].

Les Marcii sont censés être des Sabines, descendants d’un certain Marcus Marcius de Cures, un parent de Numa Pompilius, et de son fils, Numa Marcius, un ami d’enfance de Pompilius, qui l’accompagna à Rome et lui servit de conseiller principal. Son fils, le plus jeune Numa Marcius, était préfet urbain sous Tullus Hostilius, et son petit-fils était Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome. [1]

Bien que la monarchie romaine ne soit pas strictement héréditaire, la tradition veut que les fils d’Ancus Marcius espéraient succéder à leur père, mais en ont été empêchés lorsque son conseiller principal, l’étrusque Lucius Tarquinius, a profité de leur absence au moment de la royauté. mort pour solliciter le soutien de sa propre revendication, et a été élu roi. [2]

Après avoir attendu leur temps pendant de nombreuses années, les fils de Marcius ont pris leur revanche en préparant l’assassinat de Tarquin, mais ils ont de nouveau été empêchés de revendiquer le trône par une ruse de Tanaquil, la reine romaine, qui a installé son beau-fils, Servius Tullius, comme régent, jusqu’à ce qu’il ait un soutien suffisant pour gouverner par lui-même. Le dernier Marcii a revendiqué la descendance d’Ancus Marcius, mais rien de plus n’est enregistré de ses fils ou des générations entre eux et les Marcii de la première République. [1] [3]

Le nomen Marcius est un patronyme patronymique, basé sur le praenomen commun Marcus. Il n’y a aucune raison de douter que les deux noms dérivent à leur tour du dieu Mars, bien que le processus linguistique précis par lequel cela s’est produit soit complexe et incertain. [4]

Magistrats monétaires

1- Quintus Marcius Libo _ 148 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (871MA), un as (872MA), un semis (873MA), un triens (874MA), un quadrans (875MA), un sextans (876MA) et une once (877MA).

La légende apposée à ces monnaies est « Q. (MA)RC. LIBO« .

2- Marcus Marcius _ 134 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (962MA), un triens (963MA) et un quadrans (964MA).

La légende apposée à ces monnaies est « M-(MAR)-C« .

3- Quintus Marcius Philippus _ 129 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (1008MA).

La légende apposée à cette monnaie est « Q. PILIPVS« .

4- Quintus Marcius _ 118-117 B.C.

Ce magistrat fit émettre deux deniers (1072MA) et (1073MA).

La légende apposée à ces monnaies est « Q. (MAR)« .

5- Lucius Marcius Philippus _ 113-112 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (1102MA), un quadrans (1103MA) et une once (1104MA).

La légende apposée à ces monnaies est « L. PHILIPPVS« .

6- Caius Marcius Censorinus _ 88 B.C.

Ce magistrat fit émettre deux deniers (1245MA) et (1246MA), deux asses (1247MA) et (1248MA), et un semis (1249MA).

La légende apposée à ces monnaies est « C. CENSO« .

7- Lucius Marcius Censorinus _ 82 B.C.

Ce magistrat fit émettre trois deniers (1282MA), (1283MA) et (1286MA).

La légende apposée à ces monnaies est « L. CENSORIN« .

8- Lucius Marcius Philippus _ 82 B.C.

Ce magistrat fit émettre un denier (1394MA).

La légende apposée à cette monnaie est « PHILIPPVS« .

Sources

(1) Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, vol. II, p. 940 (« Marcia Gens »).

(2) Tite Live, i. 35.

(3) Tite Live, i. 40.

(4) Chase, pp. 131, 158, 159.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.