Table des matières

Ce très rare quinaire (1), qui ne possède en commun que la légende GIAMILOS avec le bronze du même nom, reprend également plusieurs détails de différents deniers des Marcii.

Les noms de Giamilos (ou Giamillus qui connait de nombreux homonymes en épigraphie), Coiaca et Vocunilios (?) proviendraient des Sénons (2).

Je vais dans cet article démontrer, images à l’appui, les similitudes existantes entre ces différentes monnaies.

Le revers

Revers du denier pour Lucius Marcius Philippus frappé en 113-112 avant J.C.

On remarque plusieurs ressemblances entre ces deux monnaies :

  • Présence d’une légende sous le cheval.
  • Cavalier tenant une branche.
  • La posture du cheval est identique (queue mi-dressée, galop, antérieur gauche au-dessus du droit).
  • Présence d’une « fleur » sous le cheval.

Sur le denier de Lucius Marcius Philippus, il s’agirait d’une statue qui pourrait avoir été localisée sur le Capitole.

Le droit

Droit du denier pour Lucius Marcius Censorinus frappé en 82 avant J.C.

Les ressemblances du droit avec un autre denier Marcia sont peut-être moins flagrantes, mais si l’on émet l’hypothèse que ce Giamilos ou Giamillus ait eu un quelconque lien avec les Marcii; on pourrait donc penser que la divinité au droit serait Vénus. En effet, on la retrouve sur un denier de Lucius Marcius Censorinus frappé en 82 avant J.C..

Points de ressemblance entre ces deux monnaies :

  • Tête féminine à droite
  • Tête diadémée
  • Présence d’un collier? (à confirmer sur d’autres exemplaires)

Conclusion

Simone Scheers voyait au revers une imitation des Dioscures celtibériens qui apparaissent sur les drachmes d’Ampurias (3) (qui furent eux-mêmes inspirés par les deniers pour Caius et Lucius Calpurnius Piso Frugi); mais le revers du quinaire Giamilos est sans aucun doute inspiré par celui du denier de Lucius Marcius Philippus comme démontré ci-dessus. L’inspiration du droit n’est pas vraiment avérée mais la probabilité qu’il s’agisse de Vénus est importante. Ces similitudes posent des questions sur les liens qu’entretenait ce Giamilos ou Giamillus avec les Marcii. 

Voici le descriptif que je propose pour ce quinaire :

  • Avers : Buste diadémé de Vénus à droite, devant la légende GI(AM)ILOS; grènetis au pourtour.
  • Revers : Cavalier à droite (ou statue équestre?) tenant une branche; sous le cheval une fleur; à l’exergue, légende GI(AM)ILOS.

Note

(1) : Exemplaire du quinaire GIAMILOS provenant d’une collection privée. 13mm pour 1.6gr

(2) : Héloïse Thomas. Les images monétaires des peuples gaulois : figures primitives ou expressions d’une société en mutation ? : l’exemple des Arvernes, Bituriges, Carnutes, Eduens, Lingons, Meldes, Parisii, Senons et Sequanes. Archéologie et Préhistoire. Université de Bourgogne, 2011. Français. <NNT : 2011DIJOL035>. <tel-00921184>

(3) : Simone Scheers. Les monnaies de la Gaule inspirées de celles de la Républiques romaine.