You are currently viewing Le lion de Némée

Le lion de Némée

1 - Introduction

Je vous propose avec cet article de découvrir les différents types d’iconographie du premier des travaux d’Hercule: Le lion de Némée.

Pour rappel : Héraclès reçut d’Erysthée l’ordre de tuer le lion de Némée. A Némée, une ville du Péloponnèse, vivait un lion qui ravageait la région. Ce lion était le fils du géant Typhon et du serpent Echydna. Cette bête avait la particularité d’avoir une peau qu’on ne pouvait endommager. On ne pouvait donc l’atteindre avec une flèche ou une lance.

Pour en venir à bout, Héraclès l’accula dans une grotte, l’attrapa au cou et l’étouffa.

Après l’avoir tué, il voulut récupérer sa peau et l’utiliser comme une cuirasse. Mais rien à faire, il était impossible de l’entailler. Héraclès qui n’était pas idiot, songea alors à utiliser les propres dents de l’animal pour découper la peau. Ce procédé fonctionna.

2 - Statère de Mysie atelier Cizique _ 450 à 350 B.C.

BnF 16.00g
BnF 16.00g

Il s’agit, à ma connaissance, de la première représentation du premier travaux d’Hercule. Celui-ci est représenté à l’avers, agenouillé à droite et étouffant le lion du bras gauche en s’aidant du droit.

Le thon, que l’on trouve sous Hercule, était le symbole de Cyzique à partir du milieu du VIe siècle avant JC, lorsque la ville commença à frapper des statères d’électrum et que les fractions qui circulaient si largement que le terme générique pour un statère devint un cyzicène. Le commerce de la pêche était essentiel à l’économie de Cyzique et il est probable que le thon soit devenu une forme de monnaie avant la monnaie, qui est devenue un symbole de la monnaie après l’invention de la monnaie dans la Lydie voisine. Les aventures du puissant Hercule peuvent être retrouvées sur les monnaies de la Grèce antique et de Rome, et les statères de Cyzique ne sont pas différents. L’histoire épique de Jason et des Argonautes raconte l’atterrissage du navire des héros sur l’île de Cyzique où ils furent chaleureusement accueillis par le roi Cyzique. Après que leur navire soit revenu par erreur et ait été considéré comme un envahisseur ennemi, une bataille s’ensuivit entraînant la mort du roi qui fut tué soit par Jason, soit par Hercule. Ce type, avec Hercule dans l’un de ses travaux au-dessus du symbole de la monnaie de l’île, est un délicieux exemple de la fusion du mythe, de l’histoire et de la culture sous forme de monnaie.

3 - Octobole de Sicile (Euainetos) atelier Syracuse _ vers 400 B.C.

BnF 5.78g
BnF 5.78g

Sur cette monnaie, Hercule est accroupi à droite et étrangle le lion à l’aide des deux bras.

Auparavant, la monnaie d’or en Méditerranée occidentale était épisodique et n’était émise qu’en cas d’urgence. Syracuse avait traditionnellement défini les tendances en matière de monnaie en Sicile, il n’est donc pas surprenant qu’elle ait ouvert la voie en matière d’émission d’or. Le besoin d’une telle quantité de pièces d’or devait être militaire, et nous pouvons supposer que ces pièces étaient utilisées pour payer les mercenaires que Dionysios Ier avait embauchés pour promouvoir ses ambitions. Cette monnaie a probablement été introduite vers 400 av. et semble avoir été frappé en parallèle avec les décadrachmes en argent des types Kimon et Euainetos. On ne sait pas pourquoi l’iconographie Héraclès et du lion de Némée a été introduit avec cette monnaie, bien qu’il puisse être emblématique de la lutte grecque contre les Carthaginois, le lion étant le symbole de cette culture.

4 - Statère d'argent de Lucanie atelier Héraclée _ 390 - 340 B.C.

BnF 7.64g
BnF 7.64g

Sur cette monnaie, Hercule est représenté debout, légèrement courbé à droite et étranglant de ses deux bras le lion.

Héraklée en Lucanie était une fondation commune des Tarentins doriens et des Thuriens ioniens (athéniens) sur le golfe de Tarente en 432 avant JC. Bien qu’elle ait pris de l’importance principalement sous le patronage de Taras, la double origine de la ville était fréquemment annoncée sur la monnaie d’Héraclée. Une tête d’Athéna semblable à celle trouvée sur la monnaie de Thourioi et faisant allusion aux origines athéniennes de cette ville apparaît sur l’avers tandis qu’Héraclès est représenté tuant le lion de Némée au revers. Le héros sert à la fois d’insigne de la ville portant son nom et de symbole des Grecs doriens dans leur ensemble puisque tous les Doriens font remonter leur ascendance aux fils d’Héraclès.

5 - Statère d'argent de Cilicie atelier Tarse _ 370 B.C.

BnF 10.49g
BnF 10.49g

Sur cette monnaie, Hercule est représenté agenouillé à gauche et étranglant de ses deux bras le lion.

Alors que la plupart des émissions inscrites frappées à Tarse au IVe siècle avant JC ont tendance à porter des légendes araméennes nommant le satrape perse sortant de Cilicie, ce statère présente une légende grecque qui l’identifie comme une « [pièce de monnaie] tarsique ». Cette légende en fait une question essentiellement civique, même si elle a presque certainement été produite avec l’accord de Datames, le satrape au pouvoir au moment où la pièce a été frappée. Le revers représentant Héraclès étranglant le lion de Némée est bien plus approprié à la ville cilicienne de Mallos qu’à Tarse et en effet des types très similaires y furent frappés aux Ve et IVe siècles avant JC. Lorsque cela est combiné avec la prédominance des légendes grecques sur les pièces de monnaie de Mallos, on se demande si cette pièce n’a pas pu être frappée à Mallos au nom de Tarse, bien qu’il soit difficile de penser à une raison pour laquelle cela pourrait se produire. On ne sait pas non plus pourquoi le type d’avers représentant la tête d’Héra semble être étroitement calqué sur les représentations d’Héra trouvées sur les émissions d’Amisos (comme la refondation athénienne du Pirée) frappées à la fin du Ve et au début du IVe siècle avant JC.

6 - Hémidrachme de Théssalie atelier Oeta _ 360 - 340 B.C.

BnF 2.66g
BnF 2.66g

Sur cette monnaie, la tête du lion est représentée tournée de trois quarts vers la gauche et tenant une lance transversale dans ses mâchoires. Hercule, est, quant à lui au revers debout, de face et tenant une très longue massue à deux mains.

Nous entendons parler pour la première fois des Oitaioi, une tribu sauvage vivant dans la chaîne de montagnes Oite au sud-ouest de Lamia, par Hérodote, qui nous raconte que la manœuvre de flanc perse lors de la bataille des Thermopyles en 480 avant JC a touché leur territoire (Hdt. 7.217). Au début du IVe siècle avant JC, les Oitaioi incorporaient la ville d’Herakleia Trachinia, située à quelques kilomètres à l’ouest des Thermopyles et devint leur capitale. La monnaie des Oitaioi fait largement référence au héros éponyme de leur ville principale, Héraclès, qui s’est immolé sur le mont Oite et est représenté au revers de ce magnifique hémidrachme tenant une très longue massue à deux mains. L’avers, en revanche, montre un magnifique rendu du lion de Némée : sa tête n’est pas représentée entièrement de profil, mais plutôt tournée de trois quarts vers la gauche et tenant une lance transversale dans ses mâchoires, ce qui confère à l’image un aspect incomparable. profondeur et beauté.

7 - Tétradrachme de Péonie atelier Likkeios _ 359 - 340 B.C.

BnF 12.67g
BnF 12.67g

Sur cette monnaie, Hercule est représenté debout à gauche, étranglant le lion du bras gauche et donnant des coup avec le bras droit. (image en illustration, faire pivoter le revers de 90°)

L’iconographie des avers des tétradrachmes de Lykkeios ne présente généralement pas une similitude stylistique aussi étroite avec celui de Philippe II, bien que les deux soient des dirigeants contemporains. De telles preuves sont cruciales pour établir les archives historiques de dirigeants énigmatiques comme Lykkeios, pour qui la numismatique joue un rôle si important. La pièce du Trésor Paeonien est apparemment le seul exemple publié de ce type, mais elle est frappée à partir de matrices différentes de celles de la pièce actuelle.

8 - Didrachme de Lucanie atelier Héraklée _ 350 B.C.

BnF 7.54g
BnF 7.54g

Sur cette monnaie, Hercule est représenté debout à droite, étranglant le lion à l’aide ce ces bras. 

Le revers sensationnel représente Héraclès comme un modèle de force physique, la scène capturant une fraction de seconde de mouvement dramatique qui accentue ses jambes et son torse musclés, tandis que les détails avec lesquels son expression concentrée et déterminée est accentuée communiquent le grave danger de son combat mortel avec le lion de Némée. Une fois tuée lors du premier des douze célèbres travaux d’Héraclès, la peau du lion, dont le mythe prétendait qu’elle était impénétrable par toute arme, est devenue un attribut emblématique du héros et figure sur la monnaie dans tout le monde grec. La position dynamique de contrapposto d’Héraclès présente ici une similitude frappante avec les splendides statères Hermès contemporains de Phénéos dans le nord-est de l’Arkadia (par exemple BCD Péloponnèse 1615). Alors que cette scène archétypale avec une longue histoire dans l’art grec avait généralement évolué à cette époque vers une démonstration de force musculaire influencée par l’athlétisme souple du terrain de lutte.

9 - Diobole de Calabre atelier Tarente _ 325 - 280 B.C.

BnF 7.45g
BnF 7.45g

Sur cette monnaie, Hercule est représenté à droite, un genou au sol, étranglant le lion du gras gauche et tenant une massue du droit.

Les dioboles de Tarente avec Héraclès combattant le lion de Némée représentent Héraclès dans un certain nombre de poses : dans certains cas, il est debout, soulevant apparemment le lion du sol ; dans d’autres, il est à genoux, le plus souvent avec un genou et les orteils de ce pied au sol, et avec l’autre genou plié et ce pied à plat sur le sol ; mais dans certains cas, ses jambes sont jointes, les deux genoux et les orteils des deux pieds posés au sol.

9 - Diobole d'or de Calabre atelier Tarente _ 320 - 315 B.C.

BnF 1.14g
BnF 1.14g

Sur cette monnaie, Hercule est représenté debout, teant le lion du bras gauche et s’apprêtant à donner un coup de massue du droit.

Apollon était vénéré comme le patron des colons à Tarente, et il était également le patron de l’ordre religieux pythagoricien vénéré à Tarente, qui existait jusqu’à la fin du IVe siècle. Le revers d’Héraclès combattant le lion de Némée était également utilisé sur les dioboles d’argent contemporains de Tarente et de sa colonie d’Héraklion, bien que les émissions d’argent choisissent généralement la scène « tondo » d’Héraclès accroupi luttant contre le lion de Némée avec une mainmise.

10 - Diobole de Calabre atelier Tarente _ 280 - 228 B.C.

BnF 0.62g
BnF 0.62g

Sur cette monnaie, Hercule est représenté debout à gauche, donnant un coup de massue à l’aide de la main droite et tenant la queue du lion de la main gauche.

Les dioboles de Tarente avec Héraclès combattant le lion de Némée représentent Héraclès dans un certain nombre de poses : dans certains cas, il est debout, soulevant apparemment le lion du sol ; dans d’autres, il est à genoux, le plus souvent avec un genou et les orteils de ce pied au sol, et avec l’autre genou plié et ce pied à plat sur le sol ; mais dans certains cas, ses jambes sont jointes, les deux genoux et les orteils des deux pieds posés au sol.

11 - Denier Serratus Poblicia – Caius Poblicius _ 80 B.C.

BnF 4.31g

Seule représentation du premier travaux pour la république romaine, Hercule est représenté debout à droite, tourné à gauche, étranglant le lion de Némée.

12 - Empire romain

Quelques monnaies de l’empire le plus souvent provinciales.

RPC 26.60g
RPC 26.60g

Drachme d’Antonin le pieux frappé à Alexandrie 146-47 A.C.

Hercule est représenté debout à droite, tourné à gauche, étranglant le lion de Némée.

CNG 3.64g

AE de Septime Sévère frappé en Moésie atelier Marcianopolis 193-211 A.C.

Hercule est représenté debout à gauche, tourné à droite, étranglant le lion de Némée.

RPC 40.93g
RPC 40.93g

Médaillon d’Elagabale frappé en Mysie atelier Germe 218-22 A.C.

Hercule est représenté debout à droite, tirant le lion par une patte arrière et tenant la massue de la main droite.

CNG 4.00g

AE de Gordien III frappé en Mysie atelier Germe 238-44 A.C.

Hercule est représenté debout à droite, étranglant le lion de Némée.

CNG 20.11g

AE de Valérien I frappé en Cilicie atelier Mopsouestia-Mopsos 253-54 A.C

Hercule est représenté debout à gauche, étranglant le lion de Némée.

BnF 3.63g
BnF 3.63g

Antoninien de Constance Chlore de Valérien I frappé à Ticinium 293 A.C

Hercule est représenté debout à droite, étranglant le lion de Némée.

13 - Conclusion

J’espère que vous m’en voudrez pas trop d’avoir élargi mes recherches du coté grec et de l’empire romain. En effet, il n’existe qu’un denier pour la République et d’Auguste traitant du premier travaux d’Hercule. Comme vous pouvez le voir, les représentations de ce combat sur les monnaies ont duré huit siècles. Il doit très certainement manquer quelques monnaies, notamment pour l’Empire, mais il m’a fallu faire des choix pour éviter d’avoir un roman et non plus un article! Comme vous pouvez l’observer, les graveurs de ces monnaies devaient avoir de très bonnes connaissances en lutte. Nous trouvons en effet de nombreuses variations dans la façon d’étrangler le lion de Némée. 

14 - Liens

Christopher Merat

Je suis le rédacteur de ce site, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.