Ch107 – Denier Curiatia – C. Curiatius

135 av JC.

Denier Curiatia _ RRC 240/1

Avers TRIG (Trigeminus)

Tête casquée de Rome à droite ; derrière la tête, marque de valeur (X).

Revers : C·CVR·F // ROMA (Caius Curiatus Filius // Rome)

Junon dans un quadrige galopant à droite, tenant un sceptre long, couronné par la Victoire, placée derrière elle.

Atelier Rome

Gens : Curiatia

Références : RRC 240/1 – B.2 (Curiatia)

Indice de rareté : 5

Descriptif : Ce denier est la copie conforme de celui du père du monétaire qui porte le même nom que lui, Caius Curiatius Trigeminus et qui a rempli son office en 142 avant J.-C. Cette famille d’origine patricienne était originaire d’Albe avant de venir s’installer à Rome. Ses membres adoptèrent précocement le cognomen Trigeminus (littéralement trois frères), car la gens prétendait descendre des trois Curiaces, qui avaient été opposés aux trois Horaces. Ce sujet sera représenté sur un tableau de David.

M. Crawford a relevé une estimation de quatorze coins de droit et de dix-sept coins de revers pour deux variétés.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Tite-Live et Denys d’Halicarnasse citent une famille Curiatia originaire d’Albe, qui, après la destruction de cette ville, vint se fixer à Rome où elle obtint le rang sénatorial. Elle était donc d’origine patricienne ; elle est célèbre par le combat des trois Horaces et des trois Curiaces, au temps de Tullus Hostilius. Le tribun du peuple si impopulaire, P. Curiatius, en 353 (401 av. J.-C.) descendait de cette race, bien que sa charge semble indiquer une origine plébéienne . Les deniers des Curiatii sont signés, les uns C. Curiatius Trigeminus, et les autres C. Curiatius filius Trigeminus. Mommsen les a attribués à deux personnages différents, l’un fils de l’autre ; mais il a été obligé de reconnaître que les uns et les autres sont contemporains, c’est-à dire de l’an 610 environ (144 av. J.-C.), et qu’ils sont du même style. En outre, on ne connaît qu’un seul C. Curiatius Trigeminus qui ait vécu dans la première moitié du VIIe siècle : c’est celui qui fut tribun du peuple en 616 (138 av. J.-C.). C’était, à ce qu’il paraît, un homme peu honorable, si l’on en croit Cicéron qui l’appelle : homo omnium infimus et sordidissimus . Il fit emprisonner les consuls P. Cornelius Scipio Nasica et D. Junius Brutus à cause de leur sévérité dans la levée des troupes et de certaines exemptions qu’ils avaient accordées relativement au service militaire . C’est tout ce que l’on sait sur sa carrière. Il parait donc possible d’attribuer à ce personnage les pièces qui portent C. Curiatius filius Trigeminus aussi bien que celles qui n’ont pas la mention filius. La différence de légende qu’on remarque entre ces deux sortes de deniers peut s’expliquer en admettant deux émissions ou deux ateliers, tout aussi bien que deux magistrats monétaires. On a remarqué + que les monnaies de C. Curiatius filius Trigeminus sont les seules antérieures à Sylla sur lesquelles la désignation filius ne soit pas suivie du nom du père , mais les monuments épigraphiques contemporains fournissent des exemples de cette particularité. L’analogie de fabrique paraît nous autoriser à reconstituer un collège monétaire avec C. Curiatius f. Trigeminus, M. Baebius Q. f. Tampilus et Q. Fabius Labeo. 


Lieux de découverte (107 exemplaires)

Auteur : Chantecler

Auteur de ce blog, je suis avant tout passionné de ce très beau monnayage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.