Bonus Eventus

ch350_ph1
Denier Scribonia

Bonus Eventus (Bon Succès, en français) est une personnification divine dans la religion de la Rome antique. Le savant Varron de la République romaine le qualifie d’une des douze divinités qui présidaient à l’agriculture. Associé à Lympha (en), déesse qui influait sur l’approvisionnement en eau, Bonus Eventus a peut-être à l’origine une fonction agricole, mais, pendant l’Empire romain, représente un concept plus général de la réussite et est l’une des nombreuses abstractions qui figurent sur des revers monétaires.

Quelques monnaies représentant Bonus Eventus ont été frappées pour Galba et sous les règnes de Vespasien et Titus, d’Antonin le Pieux et de Septime Sévère. Sur ces pièces de monnaie et des gemmes, Bonus Eventus est un homme nu debout qui a d’habitude une jambe fléchie et la tête tournée vers la patère qu’il tient dans sa main tendue. Parfois, il porte une chlamyde qui lui couvre le dos ou un himation qui est passé sur l’épaule et dont les extrémités encadrent son torse. Des pavots et des épis sont des attributs fréquents du dieu.

Dans son livre sur la sculpture, Pline l’Ancien décrit deux statues de Bonus Eventus qui étaient en fait des représentations rebaptisées de dieux grecs. L’une était un bronze d’Euphranor; et l’autre, un marbre de Praxitèle. Celle-ci se trouvait avec une statue de Fortuna dans le temple dédié à la triade capitoline ; et celle-là, entre l’Athéna recyclée située sous le Capitole et la Léto du temple de la Concorde. On ne sait trop, d’après la description de Pline, si les deux statues grecques représentaient à l’origine le même dieu grec. L’historien de l’art Adolf Furtwängler a conjecturé que Praxitèle avait représenté Agathodémon, puisque ce dernier était accompagné de Fortuna, peut-être une traduction de la Tyché grecque. Le bronze d’Euphranor passe parfois pour avoir inspiré l’iconographie des pièces de monnaie et des gemmes, car il tenait des coquelicots et des céréales. Ces attributs portent à croire à une divinité liée aux Mystères d’Éleusis, et alors que l’original grec passe très souvent pour être Triptolème, aucune représentation disponible de celui-ci ne montre la combinaison de coquelicots et de céréales, qui est associée à Déméter (la Cérès romaine).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.