Antestia

Antestia

Cette famille plébéienne compte au moins soixante-dix membres connus historiquement dans les fastes de l histoire romaine; leurs noms les plus répandus sont Gragulus, Vêtus, Reginus, Labeo Turpio. Les Antestii ou Antistii se prétendaient originaires de Gabies dans le Latium : et d’après le récit de Denys d’Halicarnasse (1) sous le règne de Tarquin le Superbe, Antistius Petro, citoyen de Gabies, aurait été assassiné par le fils du roi de Rome, Sextus Tarquin; de là, une guerre, puis un traité. Un Sextus Antestius fut tribun du peuple dès 422 B. C.

Magistrats monétaires

1- Caius Antestius _ 146 B.C.

Ce magistrat fit émettre deux deniers (891AN), (892AN), un as (893AN), un semis (894AN), un triens (895AN) et un quadrans (896AN).

La légende apposée à cette monnaie est « C. A(NTE)STI »

2- Lucius Antestius Gragulus _ 136 B.C.

Ce magistrat fit émettre un triens (929AN) et un quadrans (930AN)

La légende apposée à cette monnaie est « L. ANTES »

Emblèmes supposés

1 _ Le chien qui apparaît sur les monnaies de Caius Antestius laisse à supposer qu’il s’agit de l’emblème de cette gens et comme l’indique Babelon (2) les monnaies qui porte le chien comme marque monétaire pourraient être classées dans la gens Antestia.

Série au chien _ 206-195 B.C.

Ce magistrat fit émettre un victoriat (506AN), un denier (507AN), un as (508AN), un semis (509AN), un triens (510AN), un quadrans (511AN) et un sextans (512AN).

2 _ Le geai doit être l’emblème de la branche « Gragulus » des Antestii. Il s’agit de la traduction du latin du mot gragulus : geai.

Magistrats sous l'empire

1 _ Gaius Antistius Vetus _ 16-15 B.C.

Ce magistrat fit émettre trois deniers (1) (2) et (3).

La légende apposée à cette monnaie est « C ANTISTVS VETVS »

1 _ Gaius Antistius Reginus _ 13 B.C.

Ce magistrat fit émettre un aureus , un denier

La légende apposée à cette monnaie est « C ANTIST REGIN »

Sources

(1) Denys d’Halicarnasse, les antiquités romaines, livre IV

(2) Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine, vulgairement appelées consulaires, Tome I, E. Babelon.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :