919GE – Quadrans Gellia – Cnæus Gellius

919GE – Quadrans Gellia – Cnæus Gellius

Avers Anépigraphe

Tête d’Hercule à droite, coiffée de la peau de lion dans le champ, derrière trois points.

Revers : CN. GEL. ROMA  (Cnaeus Gellius. Rome)

Proue de navire à droite; devant, trois points.

Datation 138 avant J.C.

Matière Bronze

Atelier : Rome

Gens : Gellia

Références : RRC 232/4 – B.6 (Gellia)

Indice de rareté : 10+ 

4.67gr _ 17.4mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Cn. Gellius. Monétaire vers 605 (149 av. J.-C.)

Le style et le poids des pièces qui portent le nom de Cn. Gellius les classent vers l’an 60) (149 av. J.-C.). On ne connaît sous la république que deux personnages ayant porté le nom de Cnaeus Gellius. Le premier vivait au temps de Caton l’Ancien qui prononça contre lui un discours en faveur de L. Turius; or, Caton mourut en 605 (149 av. J.-C.) à l’âge de 85 ans. Nous n’avons pas d’autres renseignements historiques à son sujet. L’autre Cn. Gellius, fils probablement du précédent, est l’historien contemporain des Gracques qui écrivit dans la première moitié du VIIe siècle : c’est probablement lui qui fut officier monétaire. Le poète Aulu-Gelle descendait de cette famille et c’est lui qui nous donne l’explication du type du revers du denier de Cn. Gellius . On y voit le dieu Mars qui emmène dans son quadrige la déesse sabine Nerio Nerienis qu’il épousa. Dans la mythologie romaine, Nerio Nerienis est assimilée tantôt à Minerve tantôt à Vénus. Cette légende fait allusion à l’origine samnite des Gellii, car Aulu-Gelle nous apprend que Nerio est un mot sabin qui signifie fortis, strenuus. On pourrait chercher sous les traits de Mars, un des ancêtres du monétaire qui ont joué un rôle important dans les guerres du Samnium. L’analogie du denier de Cn. Gellius avec celui de Man. Acilius Balbus porterait à regarder ces deux personnages comme collègues ; mais sur le denier de Man. Acilius Balbus la marque de la valeur est déjà l’x barré c’est-à-dire le monogramme du chiffre XVI, ce qui place cette pièce beaucoup plus tard.

97/5Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Christopher Merat

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.