525HO – Denier Horatia

525HO – Denier Horatia

Avers : Anépigraphe

Tête casquée de Rome à droite; derrière, lettre de contrôle X.

Revers : ROMA

Les Dioscures, Castor et Pollux (Les Gémeaux) à cheval, galopant à droite. Ils sont cuirassés avec le manteau flottant sur l’épaule, coiffés d’un bonnet surmonté d’une étoile, tenant chacun une javeline. Au dessous des chevaux, une tête féminine.

Datation 206-200 avant J.C.

capture54

Atelier : Rome

Gens Anonyme

Référence : RRC 127/1 – B.1 (Horatia)

Indice de rareté : 8 

Descriptif :

Galerie : Deniers classés par ordre décroissant de masse :


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

La gens Horatia est une des plus anciennes familles patriciennes de Rome; elle prétendait tirer son origine du héros Horatius à qui, suivant le récit de Denys d’Halicarnasse, était consacrée une forêt de chêne. On connait le fameux combat des trois Horaces avec les trois Curiaces; la rivalité de la famille Horatia avec la famille Valeria est non moins célèbre, de même que l’histoire d’Horatius Coclès arrêtant seul sur le pont de bois appelé pont Sublicius, l’armée étrusque tout entière, sous les ordres de Porsenna. Lors de la division du peuple romain en tribus agraires par Servius Tullius, nous trouvons déjà une gens Horatia; dans les environs de Rome on montrait le champ qu’on avait gratuitement concédé à Horatius Coclès en souvenir de ses exploits, et qu’on appelait le sacer campus Horaliorum, ainsi que le monument appelé Horatii pila qui passait pour avoir été élevé en souvenir de la victoire des Horaces sur les Curiaces. Les descendants de ces héros de l’histoire fabuleuse de Rome portent sous la république les surnoms de Barbatus, Coclès, Pulvillus. A l’époque des Décemvirs, les Horatii étaient, avec les Valerii, à la tête du parti modéré du patriciat. Un seul des Horatii a frappé monnaie sous la république, et le denier qu’on lui attribue est d’une époque très rapprochée de l’introduction du monnayage de l’argent à Rome; on le classe vers 490 (264 av. J.-C.). On ne plaçait pas encore le nom du monétaire sur les espèces, et l’attribution de cette pièce à un Horatius repose sur ce fait que ce denier, restitué par Trajan, porte au revers en légende: COCLES, fait que nous avons déjà signalé en parlant du denier anépigraphe restitué par le même empereur avec le nom de DECIVS MVS. On a donc la certitude que, dans la tradition romaine, le denier anonyme était de la gens Horatia. Sous les chevaux des Dioscures, se trouve une tête de femme dans laquelle on a voulu voir Clélie, cette jeune vierge romaine livrée en otage à Porsenna, et à qui plus tard on éleva une statue. Mais cette opinion ne nous paraît pas fondée. On pourrait plutôt songer à Horatia qui avait épousé l’un des Curiaces vaincus, et qui fut victime du ressentiment de son frère pour avoir déploré trop amèrement la mort de son époux : son tombeau se trouvait près de la porte Capène. Cohen a enregistré avec hésitation un autre denier aux mêmes types et qui porte COCLES au droit; il en existe dans la collection d Ailly au Cabinet de France un exemplaire dont nous donnons ici le dessin. Mommsen n’a point signalé cette pièce, et nous croyons, de notre côté, qu’elle est l’œuvre d’un faussaire moderne.


Lieux de découverte (17 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.