2039AU – Aureus Auguste – P.Petronius Turpilianus

2039AU – Aureus Auguste – P.Petronius Turpilianus

Avers : TVRPILIANVS IIIVIR FERON (“Turpilianus Triumvir Feronia”, (Turpilianus Triumvir monétaire, Féronie))

Buste drapé et diadémé de Feronie à droite.

Revers : AVGVSTO OB C S (“Augusto Ob Cives Servatos”, (En l’honneur d’Auguste pour la sauvegarde des citoyens))

Légende en deux lignes dans une couronne de chêne.

 

Atelier Rome

Datation : 19-18 avant J.C.

Matière : Or

Atelier : Rome

Gens : Julia et Petronia

Références : RIC 279, Petronia 2, CMRBnF 109 et Cohen 477.

Descriptif : P. Petronius Turpilianus, L. Aquillius Florus, M Durmius et l’étrange Q. Rustius étaient les monétaires en 19-18 av.J.C. Ils ont émis la première monnaie républicaine (fictive) depuis des années, émettant une large et riche gamme d’auréii et de deniers.
Le grand événement a été le retour d’Auguste à Rome après 4 ans à l’Est, après avoir remporté des victoires sur les Parthes et les Arméniens, suivi d’un séjour en Campanie. Auguste a choisi son moment pour revenir. N’osant pas se présenter à Rome dans une période de pénurie alimentaire, il a dû organiser des vivres pour la ville avant de venir (cela montre que son règne n’était certainement pas aussi fort qu’on le pense aujourd’hui).
Il y a une intention claire de diffuser de la propagande avec ces monnaies. Nous ne pouvons pas lire chacun des messages aussi bien que les personnes vivantes à Rome en 19 av.J.-C., mais nous pouvons essayer de mieux comprendre certains d’entre eux à travers les monnaies dans son ensemble.
Les aureii nous donnent les images suivantes:
TURPILIANUS: Couronne de chêne Liber Couronne de chêne Feronia
Lauriers Liber et couronne de chêne
Lauriers Feronia et couronne de chêne
FLORUS lauriers triskeles et couronne de chêne
Lauriers Virtus et couronne de chêne
Couronne de chêne DURMIUS Honos
et trois spéciaux:
TURPILIANUS couronne de chêne lyre écaille de tortue
Fleur de couronne de chêne FLORUS
Couronne de chêne DURMIUS crabe et papillon
Nous savons que les lauriers sont un symbole de victoire et que la couronne de chêne est un symbole pour le sauvetage des citoyens romains qui étaient prisonniers en Parthie. Liber et Feronia étaient des divinités pour la fertilité et les récoltes. Le triskèle représente la Sicile, une riche province agricole (Auguste avait probablement du blé importé à Rome; c’est donc aussi un symbole de fertilité).
En outre, il y avait trois types spéciaux – chacun conçu dans le cadre de la campagne d’information. La fleur est généralement censée être liée en tant que type de jeu de mots pour Aquillius Florus, ce qu’elle est probablement. Le denier inversé Tarpeia ressemble à Turpilianus, mais, comme Flora, représente une autre allusion de fertilité. La carapace de tortue évoque certainement Mercure, et correspond à tous les types de deniers de ce groupe avec divers instruments de musique. Comme Mercure ne semble pas lié aux thèmes de l’année, nous pourrions en déduire que la tortue est une évocation du mythe de Perséphone, que tout le monde savait, où Mercure a joué la lyre dans l’accord pour ramener Persephone sur terre.
Le crabe et le papillon sont un mystère depuis longtemps. Comme on le voit, toutes les aureii de l’année célèbrent soit la victoire, soit la fertilité. Ces deux animaux n’ont aucun lien avec la récolte ou la prospérité, ni avec Flora, Liber ou Feronia. Ils ne sont pas non plus reliés aux couronnes de chêne et de laurier et n’ont rien de commun avec la Sicile et les triskèles.
Les types restants dans la liste ci-dessus sont Honos et Virtus. L’étude des attributs de ces deux divinités explique la pièce. Le crabe est le symbole de Virtus, la valeur physique et le courage du guerrier. On voit son armure et ses armes. Le papillon était, dans l’antiquité, une façon traditionnelle de se représenter l’âme. Sur cette pièce, c’est le symbole de Honos, la fierté et l’honneur du guerrier.

Féronie ou Feronia est une divinité romaine, dont le culte était originaire d’Etrurie, présidait aux travaux de l’agriculture et aux limites des champs; ses prêtres, au dire de Strabon, marchaient nu-pieds sur les charbons ardents sans se brûler. Elle avait un temple célèbre, Feroniae fanum, en Etrurie au Sud-Est de Luna.
Cette déesse était adorée surtout chez les Sabins, les Ombriens, les Étrusques, mais aussi chez les Latins et les Volsques. Varron en fait une déesse sabine, et c’est sous ce caractère qu’elle apparaît dans la guerre de Tullius Hostilius contre les Sabins. Des citoyens romains qui étaient allés à la fête de la Feronia sabine, y sont arrêtés, et la guerre éclate. Denys d’Halicarnasse nous raconte que le sanctuaire de Feronia était en grand honneur auprès des Latins, et que les Grecs traduisaient le nom de cette déesse par : la déesse des fleurs, eu la déesse qui aime les guirlandes, ou encore par celui de Perséphone. Sources : http://www.cosmovisions.com/$Feronie.htm

Pas de vente observée de cet aureus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.