2025AU – Denier Octave – Caius Julius Cæsar Octavianus

2025AU – Denier Octave – Caius Julius Cæsar Octavianus

Avers : Anépigraphe 

Tête laurée d’Octave à droite en tant que Jupiter Terminus.

Revers : IMP CAESAR (“Imperator Cæsar”, (Imperator, César).)

Octave, en toge, assis à gauche, sur une chaise curule, tenant une Victoriola dans la main droite.

 

Atelier Incertain

Datation : Automne 30 – été 29 avant

Matière : Argent

Atelier : Incertain

Gens : Julia

Références : RIC 270, Babelon 155, CMRBnF 43 à 48, BMC 637 et Cohen 116.

Descriptif : L’avers de ce denier présente l’image d’Auguste comme Jupiter Terminus, iconographie spéciale, avec une épithète inhabituelle. Terminus rappelle l’existence d’une relation particulière avec Jupiter, rappelant la présence dans le temple de Jupiter Optimus Maximus sur le Capitole, d’un autel dédié à la divinité. Selon les sources, lors de la réalisation du magnifique temple, il était nécessaire de gagner de la place avec la profanation de divers lieux de culte du Capitole. Selon la tradition, Terminus, seuls tous les autres dieux, ont décidé de rester ensemble dans le temple capitoline de Jupiter: un choix qui symbolisait l’inviolabilité des «termini» et assurait généralement la solidité du pouvoir romain (Liv., I, LV, 2 -7). L’importance et l’inviolabilité des termes est soutenue par la coutume de célébrer le 23 février Terminalia, fêtes publiques dans lesquelles nous honorons à la fois le dieu et Termini, considérés par les Romains comme une véritable divinité, dans un donné qui coïncidait avec la fin de la année dans le premier calendrier romain, en février. L’image d’Auguste comme Jupiter Terminus semble rappeler un passage du poème épique célébrant la gens Iulia, l ‘«Énéide», dans lequel la sainteté des termini se reflète dans le duel entre Enée et Turnus. Dans la description de Virgile, Turnus, furieux pour les offenses d’Enée, jette un énorme rocher sur le terrain contre le héros troyen, sachant qu’il avait déchiré une ancienne borne (Verg., Aen., XII, 896-897). Il ne reconnaît pas le caractère sacré de l’espace organisé par la culture romaine. Le rocher tombe non loin du pied du roi de Rututli qui s’écoule vers le sol épuisé. Sans respect ni de la loi ni de la religion, avec ce geste Turnus s’est avéré être loin du monde civilisé, loin d’Enée qui est, avec les vertus de la pietas, de la constance et de la religion, le nouveau héros modèle, fondateur du nouveau monde. Puissance. Le type de la chaise curule (sella curulis) est un symbole important dans la politique romaine en raison de l’autorité qu’il représentait. C’était la chaise sur laquelle les magistrats supérieurs ou les promagistrats possédant un imperium avaient le droit de siéger, elle était donc réservée à l’usage des plus hauts dignitaires du gouvernement. Après la chute de la constitution, elle fut assignée aux empereurs ou à leurs statues en leur absence (Tacite, Ann. XV.29, Hist. II.59; Servius, l.c.); aux Augustales (Tacite., Ann., II.83), et, peut-être, au praefectus Urbi.

La Victoriola qui est tenue par Octave (représenté ici avec la toge et assis ici sur un siège curule) au revers permet la restitution des institutions de la République qui était le discours officiel à cette époque. 

Un exemplaire de ce denier s’est vendu à 1700 dollars lors de la vente Triton XVI en 2013.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.