1762AN – Denier Marc Antoine – Marcus Antonius

1762AN – Denier Marc Antoine – Marcus Antonius

Avers : ANT. AVG. III VIR. R. P. C (Antonius Augurus Triumviri Rei Publicæ Constituandæ, Antoine augure triumvir pour la restauration de la République)

Trirème voguant à droite avec l’acrostolium.

Revers : CHORTIS SPECVLATRORVM (Chortis Speculatorum, les cohortes des éclaireurs)

Trois enseignes militaires sur chacune desquelles se trouvent deux couronnes, un bouclier et une proue de vaisseau.

Denier Marc Antoine _ RRC 544/12

Datation : 32 – 31 avant J.C.

Matière : Argent

Atelier : Patras

Gens : Antonia

Référence : RRC 544/12 – B.103 (Antonia) – CRR.1214

Indice de rareté : 8 

Descriptif : Les spéculatores qui apparaissent pour la première fois pendant la guerre sociale, étaient les courriers des légions, chargés de porter les dépêches. Sous l’empire, on en comptait dix par légion, mais ils étaient beaucoup plus nombreux dans les cohortes prétoriennes ou ils formaient eux-mêmes une véritable cohorte, comme l’indique ce denier. Le corps particulier des éclaireurs regroupait les éclaireurs, les messagers, les espions et les gardes attachés aux préteurs. Dix speculatores étaient normalement attachés à chaque légion. Marc Antoine préféra les regrouper dans une cohorte spéciale. Normalement, une cohorte comprend 500 hommes. C’est le seul revers à représenter ces enseignes très particulières qui pourraient avoir un rapport avec des navires d’observation, “Specalutoria navigia”, (César 4, 26), cités aussi par Tite-Live.

Marc Antoine, après avoir rompu avec Octave, joignit ses forces à celles de Cléopâtre et rencontra celles d’Octave à Actium (31 avant J.-C.). La flotte d’Octave, commandée par Agrippa, gagna la bataille navale tandis que la flotte égyptienne s’enfuyait, bientôt suivie par Antoine qui se retira en Égypte avant de se suicider l’année suivante avant l’arrivée d’Octave à Alexandrie. Marc Antoine fit frapper des deniers aux noms de 23 légions, les frappes des 6 dernières, de 24 à 30, n’ayant jamais été vues, si elles existent.

Pour l’ensemble des deniers des légions, M. Crawford a relevé une estimation de 864 coins de droit et de 960 coins de revers représentant une production massive, comprise entre deux et quatre millions de deniers. Le coût d’une légion était d’un million de deniers par an.


Lieux de découverte (16 exemplaires)

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.