You are currently viewing 1628JU – Aureus Octave – Caius Julius Cæsar Octavianus

1628JU – Aureus Octave – Caius Julius Cæsar Octavianus

Avers : CAESAR III VIR. R. P. C. (Cæsar Triumvir Rei Publicæ Constituandæ, César triumvir pour la restauration de la République)

Tête nue d’Octave à droite.

Revers : S.C (Senatus Consulto, avec l’accord du Sénat)

Statue équestre d’Octave à gauche, portant un lituus de la main droite. Un rostre sous le cheval.

BNF 8.07gr

Atelier

Italie

Datation : 42 avant J.C.

Matière : Or

Gens : Julia

Références : RRC 497/1 – B.66 (Julia) – Syd.1319

Descriptif : La partie narrative de la « Res Gestae Divi Augusti » s’ouvre sur le passage suivant: «À l’âge de dix-neuf ans sous ma propre responsabilité et à mes propres frais, j’ai levé une armée, avec laquelle j’ai défendu avec succès la liberté de la république quand elle était opprimée par la tyrannie d’une faction. A ce titre, le sénat passa des décrets en mon honneur m’inscrivant à son ordre dans le consulat de Gaius Pansa et Aulus Hirtius, m’attribuant le droit de donner mon avis parmi les consulaires et me donnant un imperium. Il m’ordonna, en tant que propréteur, de prévoir de concert avec les consuls que la république ne devait faire aucun mal. La même année, alors que les deux consuls étaient tombés au combat, le peuple m’a nommé consul et triumvir pour l’organisation de la république. Comme il fallait s’y attendre, dans ce document autobiographique, Auguste présente ses actions sous le meilleur jour possible, tout comme son grand-oncle Jules César l’avait fait dans son récit des guerres gauloises. Cet aureus a été frappé à la suite d’événements nommés (et d’autres commodément négligés) dans le récit ci-dessus, quand Auguste – alors Octave – était encore un jeune homme. Son inscription avers CAESAR III VIR R P C contient le titre triumviral qu’il décrit dans la dernière phrase, et la statue équestre au revers doit être celle que le sénat a votée en son honneur au début de 43 av. en prévision de son assistance militaire. Le motif du sénat pour faire d’Octave un propréteur et lui offrir une statue était clair: ils avaient besoin de ses légions pour aider l’armée consulaire sous Pansa et Hirtius qui avait été envoyée pour soulager Decimus Brutus, que Marc Antoine avait assiégé à Mutina. Il est probable que les sénateurs croyaient que la promesse d’une statue n’aurait pas besoin d’être tenue, et donc l’offre peut avoir été faite avec facilité. Mais après son succès à Mutina, où les deux consuls périrent et qu’il fut salué imperator par ses soldats, Octave conduisit son armée à Rome; sa simple présence a permis à Octavian d’extorquer le consulat à la place de Hirtius et de Pansa, et, sans doute, d’exiger l’achèvement de la statue qui apparaît sur cet aureus et sur les deniers de deux numéros antérieurs. Étant donné que cet aureus était un problème militaire frappé par Octave sous sa propre autorité, le SC («par décret du sénat») se réfère certainement à la statue elle-même, et la tribune dans l’exergue peut indiquer que la statue avait été érigée dans le Forum romain , où se trouvait la plate-forme du haut-parleur (le Rostra).

Galerie : Aureii classés par ordre décroissant de masse.

Lieu de découverte (1 exemplaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Christopher Merat

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.