You are currently viewing 1593JU – Aureus Octave – Lucius Mussidius Longus

1593JU – Aureus Octave – Lucius Mussidius Longus

Avers : C·CAESAR·III·VIR·R·P·C

Tête d’Octave à droite.

Revers : L · MVSSIDIVS · LONGVS (Lucius Mussidius Longus)

Corne d’abondance.

BNF 8.04gr

Atelier

Rome

Datation : 42 avant J.C.

Matière : Or

Gens : Mussidia et Julia

Références RRC 494/15 – B.84 (Julia) – Syd.1101

Descriptif : Après le meurtre de Jules César au début de 44 av.J.-C., Octave, 19 ans, a hérité de l’héritage politique et de la majeure partie de la fortune de son grand-oncle. Les tensions entre Octave et l’ancien bras droit de César, Marc Antoine, ont augmenté jusqu’à ce qu’Octave marche sur Rome avec une armée de vétérans de César en novembre 44 avant JC, provoquant la fuite d’Antoine en Gaule, où il subit bientôt une nouvelle défaite contre Octave à Mutina. Dans la lueur de la victoire à Mutina, le sénat s’est réchauffé à Brutus et Cassius à l’est, et à Sextus Pompée à l’ouest. Ce mépris envers Octave aboutit à son occupation forcée de Rome en mai 43, en vertu de laquelle il extorqua un consulat. Renouvelé en force et en autorité, Octave marcha de nouveau contre Antoine à la fin de 43, mais au lieu de se battre, ils formèrent le deuxième triumvirat avec Lepidus, le gouverneur de l’Espagne et Gallia Narbonensis. Le pacte fut bientôt sanctionné par un sénat terrifié sous le nom de lex titia: Triumviri rei publicae constituendae, (signifiant « Triumvirs pour la réorganisation de la République »). Bien que de nombreuses menaces exigeaient leur attention, les Triumvirs se préparèrent à la guerre contre Brutus et Cassius, qui ravageaient alors les provinces orientales de Rome. Lépide est resté en Italie pendant qu’Antoine et Octave menaient leurs armées à Illyricum pour se préparer à la guerre. Deux batailles ont eu lieu à Philippes en octobre 42, la seconde provoquant la victoire des Triumvirs et la mort par suicide de Brutus et Cassius. Ce portrait aureus, et ceux de Marc Antoine et Lépide ont été frappés dans l’année orageuse de 42. 

Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

La famille Mussidia n’est connue que par les monnaies de L. Mussidius Longus, fils de T. Mussidius Longus. On ne sait rien sur la vie de ce personnage qui fut monétaire en 711 et 712 (43-42 av. J.-C.) en même temps que P. Clodius M. f., L. Livineius Regulus et C. Vibius Varus. Outre les monnaies qui n’ont que son nom, L. Mussidius en a fait émettre qui portent les noms : 1° de Jules César, déjà mort quand elles furent frappées ; 2° de Lépide; 3° de Marc Antoine; 4° d’Octave. L. Mussidius Longus prend sur plusieurs médailles le titre de quatuorvir chargé de la fabrication des espèces d’or.
La couronne, au revers des deniers n. 1, 2, 3, est la couronne d’épis attachée par des bandelettes de laine blanche, des frères Arvales. Sur le denier n. 4, on voit la tête caractéristique de Fulvie avec les attributs de la Victoire; nous avons déjà expliqué la présence du portrait de la première femme de Marc Antoine, sur les médailles 2. La tête de la Concorde sur les deniers n° 5 et 6, figure sur un grand nombre de monnaies contemporaines; nous rappellerons seulement que la Concorde avait un temple in arce, bâti dès l’an (217 5 37 av. J.-C.) et qu’on célébrait la fête de cette déesse le 5 février. On voit souvent aussi, sur les médailles de la fin de la république, au milieu des guerres civiles, le caducée, symbole de la paix, tenu par deux mains jointes. La tête radiée du Soleil (n° 7) se rencontre aussi sur des monnaies de Marc Antoine frappées en 711 (Antonia, 28 à 31). Mais le type le plus intéressant est celui du revers des pièces n. 6 et 7, bien qu’il ne soit pas encore clairement expliqué. Le nom de Cloacina (de cluere, purgare), inscrit sur le vaisseau, est le surnom de Vénus expiatrix, et prouve que nous sommes en présence du monument élevé à cette déesse non loin de l’enceinte des comices. On racontait que ce sanctuaire avait été érigé par les Romains et les Sabins portant des branches de myrte en signe de réconciliation, après le rapt des Sabines et le combat qui s’ensuivit. Vénus Cloacina dont les attributs avaient beaucoup de rapport avec ceux de la Concorde, pouvait donc être très opportunément invoquée durant la période des guerres civiles. Les deux personnages debout sur le vaisseau, et dont l’un tient une branche de myrte, sont Romulus et Tatius, le roi des Sabins.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Christopher Merat

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.