1583AN – Aureus Marc Antoine – Publius Clodius

1583AN – Aureus Marc Antoine – Publius Clodius

Avers : M ANTONIVS IMP III VIR R P C (Marcus Antonius Imperator, Triumvir Reipublicae Constituendae)

Tête nue de Marc Antoine à droite.

Revers : P. CLODIVS M. F. IIII VIR A. P. F. (Publius Clodius Marci filins, quatuorvir auro publico feriundo)

Corps d’homme ailé et radié debout à gauche, avec arc et carquois sur épaule, tenant un caducée de la main droite et une corne d’abondance de la gauche, le pied reposant sur un globe.

BnF 8.09gr

Atelier

Rome

Datation : 42 avant J.C.

Matière : Or

Gens : Antonia et Claudia

Références RRC 494/5 – B.19 (Antonia)

Descriptif : En 42 av. J.-C., les Triumvirs émettent à Rome une remarquable série d’aurei à leurs effigies. Au revers figurent le nom d’un des quatre magistrats monétaires chargés annuellement de l’organisation de leur frappe : P. Clodius, L. Mussidius Longus, C. Vibius Varus et L. Livineius Regulus. Publius Clodius Turrinus, dont nous savons par ailleurs très peu de choses, serait même quatuorvir auro publico feriundo. Son nom apparaît sur des aurei et des deniers d’Antoine, d’Octave et de César divinisé.
Le type choisi pour figurer au revers de ce rarissime aureus est sans parallèle dans la numismatique romaine. Depuis plus d’un siècle et demi, les savants se disputent et se perdent en conjoncture sur son origine et sa signification, sans pour autant parvenir à un résultat acceptable par tous. L’allégorie réunit les attributs de plusieurs divinités et vertus romaines : Mercure, Mars, Jupiter ainsi que la Victoire, la Fortune et le Soleil. Cette forte dimension syncrétique peut être comprise comme un message politique : la période à venir sera celle de « la stabilité, de la fécondité d’un nouvel âge, une nouvelle ère d’espoir ». Elle serait une allusion à la force et à l’éclat du second triumvirat récemment constitué.

Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

P. Clodius Turrinus. Monétaire en 711 (43 av. J.-C.)

Publius Clodius, fils de Marcus Clodius, fut magistrat monétaire en 711 (43 av. J.-C.). On connaît un P. Clodius qui vivait à cette époque, mais il ne saurait être notre monétaire, car il était fils de P. Clodius Pulcher,le célèbre adversaire de Milon,etles médailles disent que le monétaire était fils d’un Marcus. Il faut aussi éviter de confondre le monétaire avec le Clodius que César envoya en Macédoine en 706 (48 av. J.-C.) rejoindre Metellus Scipion; ce dernier doit être le même qu’Appien appelle Clodius Bithynicus qui combattit au siège de Pérouse, fut fait prisonnier et mis à mort sur l’ordre d’Octave en 714 (40 av. J.-C.) ; mais il portait le prénom de Lucius, tandis que le magistrat monétaire s’appelle Publius. Borghesi croit donc qu’il s’agit de P. Clodius Turrinus, rhéteur célèbre, dont parle Sénèque’ Il fut quatuorvir monétaire au commencement du triumvirat d’Octave, An-toine et Lépide; les types de ses médailles se rapportent tous à Jules César, à Antoine et à Octave. Nous donnons aux familles Antonia et Julia, l explication et la figure de toutes les médailles qui portent les têtes de Jules César, de Marc Antoine ou d’Octave. La tête d’Apollon sur le denier n. 14 a été prise généralement pour la tête d’une Muse; on voit cette tête sur des deniers de C. Considius Paetus et de Q. Pomponius Musa; c’est Borghesi qui a démontré qu’il fallait y reconnaitre Apollon, tel qu’il figure sur des pièces d’Apollonia d’Illyrie.
Diane tenant deux torches sur la pièce n. 14, est la Diane Lucifera qu’on voit sur les deniers de C. Vibius Pansa, et sur les monnaies d’Éphèse, de Tralles, de Cius. La tête du Soleil et le croissant entre cinq étoiles, sur la pièce n. 16, qu’on peut rapprocher des types de Manius Aquillius et de L. Lucretius Trio, font peut-être allusion au culte des divinités diurnes et nocturnes, très populaires à Rome. Nous savons, au surplus, !a place importante que le soleil et les autres astres occupent dans les types monétaires de Marc Antoine, d’Octave et de Lépide; les triumvirs, comme plus tard les empereurs, se regardaient comme participes siderum. P. Clodius est le seul, avec ses collègues L. Livineius Regulus et L. Mussidius Longus, qui ait pris le titre de quatuorvir auro publico feriundo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Christopher Merat

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.