1508VA – Denier Valeria – Lucius Valerius Acisculus

1508VA – Denier Valeria – Lucius Valerius Acisculus

Avers ACISCVLVS

Tête d’Apollon Soranus (Apollon du destin), diadémée à droite, surmonté d’une étoile; derrière, une petite pioche (Acisculus).

Revers : L. VALERIVS (Lucius Valerius)

Hibou à la tête d’homme casquée à droite portant un bouclier et deux lances. (ou une lance pour une deuxième version).

Denier Valeria _ RRC 474/2

Datation : 45 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens : Valeria

Références : RRC 474/2 – B.18 (Valeria)

Indice de rareté : 8 

Descriptif : La légende du revers peut occuper une place variable.

1) Légende du revers placée sous le hibou RRC 474/2b :


2) Le hibou de revers ne porte qu’une lance et la légende est en dessous RRC 474/2a :

monnaie_denarius__btv1b10451669fmonnaie_denarius__btv1b10451669f1

3.73gr _ 19.0mm


3) Légende du revers au-dessus à gauche du hibou RRC 474/2c :


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Tous les types des monnaies de L. Valerius Acisculus se rattachent à l’origine mythologique de la famille Valeria et se résument dans les idées de force et de valeur, unies à celles de santé et de salut qu’on retrouvait étymologiquement dans le mot valere.

La Sirène avec une double flûte qui paraît sur le denier suivant, n°18, comme sur un denier de P. Petronius Turpilianus, a tous les attributs de Minerve ou Pallas. Cette déesse comptait en effet la Sirène au nombre de ses symboles : des peintures de vases nous montrent la Sirène jouant de la double flûte, comme emblème sur le bouclier de Minerve. La double flûte se rapporte essentiellement à Minerve qui passe pour avoir inventé cet instrument. La Minerve qu’on adorait au Capitole était celle qu ‘on avait prise à Faléries après la défaite des Falisques. La Sirène enfin jouait un rôle important dans la religion de Faléries, et l’on saisit le rapport qui existe entre le nom des Sirènes et celui de Soranus. Pline décrit une espèce d’aigle de couleur noire, qui en latin s’appelait Valeria, à cause de su vigueur; c’est cet oiseau qui, en raison de l’identité de son nom avec celui de la gens Valeria, est représenté en Sirène. Nous avons vu que quand Valeria Luperca va s’immoler à Junon, c’est un aigle qui enlève le glaive dont elle était armée et le jette sur la génisse qui paissait près du temple : il s’agit de l’aigle Valeria qui figure sur la médaille sous la métamorphose mythologique d’une Sirène.


Lieux de découverte (16 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.