1440PO – Denier Postumia – Decimus Postumius Albinus

1440PO – Denier Postumia – Decimus Postumius Albinus

Avers : PIETAS

Tête de la Piété à droite avec boucles d’oreille et collier.

Revers : ALBINVS BRVTI F (Albinus Bruti Filius, Albinus fils de Brutus)

Deux mains jointes tenant un caducée ailé.

Denier Postumia _ RRC 450/2

Datation 48 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens : Junia et Postumia

Références : RRC 450/2 – B.10 (Postumia) – CRR.942

Indice de rareté : 5

Descriptif : La tête de la Piété ressemble à la tête de la Liberté du denier de Marcus Junius Brutus frappé en 54 avant J.-C. Au droit du denier Postumia, la Bonne Foi s’identifie souvent à la Concordia. Ce revers est habituellement utilisé pour les armées.

M. Crawford a relevé une estimation de 171 coins de droit et de 190 coins de revers.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

D. Postumius Albinus Bruti f. En 710-711 (44-43 av. J.-C.)

Ce personnage, l’un des meurtriers de César, s’appelait D. Junius Brutus; il était de la famille Junia, mais il fut adopté par A. Postumius Albinus, consul en 655 (99 av. J.-C.) et il joignit à son nom celui de son père adoptif. Il commença par servir en Gaule sous les ordres de César, qui lui donna le commandement de la flotte destinée à subjuguer les Vénètes, en 698 (56 av. J.-C.). On le retrouve quatre ans plus tard dans la campagne contre Vercingétorix. Enfin, au commencement de la guerre civile, en 705 (49 av. J.-C.), César le mit à la tête de la flotte envoyée contre Marseille. Il s’empara de la ville, fit de nouveau la guerre en Gaule, et, en récompense de ses services, le dictateur le combla d’honneurs et lui promit le gouvernement de la Gaule Cisalpine avec la dignité de préteur pour l’année 710 (44 av. J.-C.), et le consulat pour l’année 712 (42 av. J.-C.); César l’institua même son héritier au second degré. Tout cela n’empêcha pas D. Postumius Albinus de conspirer contre son bienfaiteur et de lui plonger un poignard dans le sein. Après la mort de César, D. Postumius Albinus se rendit dans la Gaule Cisalpine et soutint la guerre contre Antoine jusqu’au jour où il fut obligé de prendre la fuite et de passer en Macédoine; enfin trahi par ses troupes, il fut mis à mort par ordre d’Antoine, l’an 711 (43 av. J.-C.).
Ses monnaies furent frappées après la mort de César, pendant la guerre de Modène qui remplit les derniers mois de l’an 710 (44 av. J.-C.), et les premiers de l’an 711 (43 av. J.-C.). Le denier n. 13 est en l’honneur du consul A. Postumius Albinus, père adoptif du monétaire ; les autres ont des types qui font allusion aux faits militaires et aux discordes politiques de l’époque. La tête de Mars rappelle la guerre, et les deux carnyx ou trompettes gauloises, placés en sautoir avec les deux boucliers, font allusion aux campagnes du monétaire en Gaule ; les deux mains jointes et la tête de la Piété font appel à la concorde des citoyens; on sait que les deux mains jointes tenant un caducée étaient l’emblème particulier du Sénat. La couronne d’épis, au revers du denier n. 13, est la couronne des frères Arvales, qui, d’après les rites, était nouée avec des bandelettes de laine blanche. Le mot Bruti porte un accent sur la lettre V, comme le mot Musa sur les monnaies,de Q. Pomponius Musa, et le mot Furius sur les monnaies de L. Furius Brocchus. Il importe de remarquer que D. Postumius Albinus et C. Vibius Pansa frappèrent monnaie, non comme officiers monétaires, charge qu’on donnait à des jeunes gens de vingt-sept ans, au début de leur carrière politique, mais comme généraux de l’armée républicaine qui luttait contre Marc Antoine.


Lieux de découverte (199 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.