1424SI – Denier Sicinia – Quintus Sicinius

1424SI – Denier Sicinia – Quintus Sicinius

Avers : Q. SICINIVS – III. VIR (Quintus Sicinius Triumvir, Quintus Sicinius, magistrat monétaire)

Tête diadémée d’Apollon à droite.

Revers : C. COPONIVS – PR. S. C (Caius Coponius Prætor Senatus Consulto, Caius Coponius préteur avec l’accord du Sénat)

Massue d’Hercule surmontée de la léonté, dont le tête est de profil, accostée d’un arc à droite et d’une flèche à gauche.

Denier Sicinia _ RRC 444/1

Datation 49 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Appolonie

Gens : Sicinia et Coponia

Références : RRC 444/1 – B.1 (Sicinia)

Indice de rareté : 5 

Descriptif : Ce denier est dédié à Pompée et au parti pompéien. Quintus Sicinius a rejoint Pompée en Grèce où une partie du Sénat l’a accompagné. Caius Coponius agit comme préteur avec l’accord du Sénat. D. Sear émet l’idée que ce monnayage aurait été frappé pour financer la flotte pompéienne.

  • 1) Variété du denier Sicinia avec le descriptif ci-dessus RRC 444/1a :

  • 2) Variété du denier Sicinia avec au revers, la tête de la léonté qui n’est plus de profil mais de face RRC 444/1b :

  • 3) Variété du denier Sicinia avec au revers, la tête de la léonté qui n’est plus de profil mais de face et sans légende (4.03gr _ 19.2mm) :

z11btv1b104317283


  • 4) Variété du denier Sicinia avec la tête d’Apollon à gauche RRC 444/1c :

Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

La famille Sicinia est très anciennement illustre dans l’histoire de la république. Un de ses ancêtres, L. Sicinius Bellutus, fut le chef des plébéiens lors de leur retraite sur le mont Sacré, en 160 (494 av. J.-C.). Un seul des membres de la gens Sicinia, Q. Sicinius, a frappé monnaie: il fut triumvir en 705 (49 av. J.-C.). C’est peut être le personnage mentionné par Cicéron, seulement par son gentilicium Sicinius, en 703 (51 av. J.-C.).
Un de ses deniers porte, avec son nom, celui du préteur C. Coponius, à cause des circonstances anormales au milieu desquelles eut lieu l’émission. C’était pendant la guerre civile entre César et Pompée. Ce dernier, qui avait fui en Orient avec le Sénat et toutes ses forces militaires, avait confié une partie de sa flotte au préteur C. Coponius, qui vint mouiller avec ses vaisseaux sur la côte de la Carie et de l’île de Rhodes. Là, obligé de battre monnaie pour solder ses troupes, il en chargea un des membres du collège monétaire de cette année, qui l’accompagnait, Q. Sicinius. Celui-ci, qui n’était que magistrat urbain de Rome, dut se soumettre à une condition essentielle pour que les nouvelles espèces pussent avoir cours légal et être accréditées dans le commerce de l’Orient : il fallut mentionner qu’elles étaient frappées par l’autorité du préteur qui commandait les troupes, et en outre par l’autorité du sénat. Émises dans l’atelier d’Alinda de Carie, la plupart de ces pièces reproduisent au revers le type monétaire principal de cette ville : la peau de lion posée sur la massue d’Hercule. Quant à la tête d’Apollon, c’est le type ordinaire des monnaies d’autres villes de Carie comme Alabanda et Antioche: nul doute qu’on ait aussi voulu imiter ces pièces grecques. Nous avons pu de même constater que d’autres monétaires Pompéiens avaient copié le type des monnaies des villes où étaient installés leurs ateliers provisoires. C’est ainsi que C. Considius Paetus, un des collègues de Q. Sicinius, imite les pièces d’Apollonie d’Illyrie., et que Man. Cordius Rufus, son autre collègue, imite les monnaies d’Amisus, dans le Pont, où il s’était trouvé transporté par suite de la révolution dont l’Italie était le théâtre. Le denier n. 5 de Sicinius paraît seul faire exception au fait que nous venons de signaler. Ses emblèmes, la Fortune du peuple romain, d’une part, le caducée et la palme ornée de bandelettes, d’autre part, sont tout en l’honneur de Pompée à qui ses partisans pouvaient d’avance lui décerner des palmes de victoire et dire qu’il personnifiait la fortune de la république. Cependant ce type, devons-nous ajouter, n’est pas, lui-même, sans analogie avec celui de quelques pièces d’Alinda au revers desquelles on voit deux thyrses en sautoir.


Lieux de découverte (134 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.