1396CO – Denier Cornelia – Faustus Cornelius Sylla

1396CO – Denier Cornelia – Faustus Cornelius Sylla

Avers : FEELIX

Buste imberbe diadémé d’Hercule à droite, le léonté nouée sur le cou. “Felix”, (Chanceux).

Revers : FAVSTVS

Diane dans un bige galopant à droite, coiffée d’un croissant et d’un nimbe, drapée et ailée, tenant les rênes de la main gauche et un lituus de la main droite; au-dessus, deux étoiles à six rais centrée; une autre étoile à six rais.

Denier Cornelia _ RRC 426/2

Datation 56 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens : Cornelia

Références : RRC 426/2 – B.60 (Cornelia) – CRR.883

Indice de rareté : 8

Descriptif : Faustus Cornelius Sylla est le fils de Sylla, dictateur en 81 avant J.-C. et de Metella, sa quatrième femme. Né en 86 avant J.-C., il reçut avec sa sœur jumelle, les prénoms de Fausta et de Faustus (prospère). Le revers fait directement référence au triple Triomphe de Pompée le 28 septembre 61. Faustus était le gendre de Pompée dont il avait épousé la fille Pompeia; le vase à sacrifice et le lituus font peut-être référence au grand pontificat dont César avait été revêtu en 63 avant J.-C. Pompée et César étaient alliés, le premier ayant épousé la fille du second, Julia en 59 avant J.-C.

Ce denier était précédemment daté de 61 avant J.-C. M. Harlan le date de 55 avant J.-C. Les trois premières couronnes du revers rappellent le triple Triomphe du beau-père de Sylla le Jeune sur les trois continents. La quatrième couronne, couronne d’or, Pompée la reçut en 63 avant J.-C. année du consulat de Cicéron avec l’autorisation de la ceindre en permanence dans ses fonctions. Au droit, Faustus Sylla choisit la tête d’Hercule qui a ici comme dans le monnayage grec les traits d’Alexandre le Grand qui comme Pompée, partit à la conquête du monde.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Faustus Cornelius Sylla. Monétaire vers 690 (64 av. J.-C.); questeur en 701 (53 av. J.-C.)

Les monnaies qui suivent ont été frappées par Faustus Cornélius Sylla, fils du dictateur, né vers 665 (89 av. J.-C.). A la mort de son père, en 676(78 av. J.-C.), Faustus fut placé sous la tutelle de L. Licinius Lucullus et il fut en butte aux attaques des ennemis de son père. Il accompagna Pompée en Asie et se distingua à l’assaut du temple de Jérusalem en 691 (63 av. J.-C.). Plus tard, il fut augure, puis, en 699 (55 av. J.-C.), investi de la charge de questeur : il fut chargé quelque temps après de rebâtir la curia Hoslilia qui avait été incendiée lors du meurtre de Clodius ; elle reçut dès lors le nouveau nom de curia Cornelia. Au commencement de l’an 705 (49 av. J.-C.) Pompée, dont il était gendre, l’envoya en Mauritanie avec le titre de propréteur ; on le trouve à Pharsale, et enfin en Afrique avec une division de l’armée pompéienne. Fait prisonnier après la bataille de Thapsus en 708 (46 av. J.-C.), il était conduit à César, lorsqu’en arrivant au camp du vainqueur, il fut massacré. Faustus Sylla exerça la charge de triumvir monétaire vers l’an 690, date approximative des monnaies qui sont décrites ici ; dix ans plus tard environ, il fit frapper, comme questeur, d’autres pièces décrites plus loin. Sur celles-ci, on voit au droit (n. 59) la tête de Diane parce que le dictateur Sylla, nous l’avons vu sur ses propres monnaies et les textes nous le disent, honorait particulièrement cette divinité , et c’est encore ce que rappelle le denier de L. Aemilius Buca ; le lituus fait allusion aux fonctions d’augure du dictateur. Quant au revers, il est fort intéressant à rapprocher du texte des auteurs. C’est une allusion à l offrande en or, consacrée au Capitole par Bocchus, roi de Mauritanie, lorsqu’il fut déclaré l’ami des Romains. Bocchus présente à Sylla une branche d’olivier, tandis que Jugurtha est à ses côtés, enchaîné et à genoux Ce même sujet était gravé, paraît-il, sur l’anneau de Sylla, car Valère Maxime nous dit : « L. Sulla Jugurthae a Boccho rege ad Marium perducli totam sibi laudem tam cupide adseruit, ut annulo, quo signatorio utebatur, insculptam illam traditionem haberet ».
Sur le droit de la pièce n. 60, il faut voir une allusion à la même offrande, et la tête figurée est très probablement celle de Jugurtha, plutôt, comme on l’a dit, que celle de l’Hercule africain, ou même celle de Bocchus lui-même. Cette même tête paraît sur des pièces africaines attribuées à Jugurtha. Le bige de Diane fait allusion au culte de Sylla pour cette divinité, culte que nous avons signalé plus haut. On remarquera que tous ces deniers de Faustus Sylla sont consacrés à célébrer la gloire de son père ; le nom de Felix qui fut celui du dictateur et qui figure sur ces pièces en est une nouvelle preuve.


Lieux de découverte (14 exemplaires)

Enregistrer

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :