1374FU – Denier Furia – Lucius Furius Brocchus

1374FU – Denier Furia – Lucius Furius Brocchus

Avers : III VIR / BROCCHI (Triumviri Brocchi, Triumvir Brocchi)

Buste de Cérès à droite, drapé et couronné d’épis entre un épi de blé et un grain d’orge.

Revers : L. FVRI / CN. F (Lucius Furius Cnæi Filius, Lucius Furius fils de Cneius)

Chaise curule entre deux faisceaux.

 

Atelier

Datation 63 avant J.C.

Matière Argent

Gens : Furia

Références : RRC 414/1 – B.23 (Furia) – CRR.902

Descriptif : L’association de Cérès au droit et des symboles de différentes fonctions administratives peuvent laisser penser à une charge frumentaire du monétaire ou de l’un de ses ancêtres. Ce denier peut aussi faire référence à l’approvisionnement de Rome en grains.

M. Crawford a relevé une estimation de 110 coins de droit et de 122 coins de revers.

Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

L. Furius Cn. f. Brocchus. Monétaire vers l’an 700 (54 av. J.-C.)

Le titre de triumvir inscrit sur le denier ne permet guère d’en placer l’émission avant l’an 700 (54 av. J.-C.). Mais on ne sait rien sur le personnage qui le fit frapper. Son père portait le prénom de Cnaeus; Valère Maxime parle d’un Cn. Furius Brocchus qui pourrait être le père de notre monétaire. On connaît encore T. Furius Brocchus, oncle de Q. Ligarius. La chaise curule entre deux faisceaux de verges avec des haches, est un type qui fait allusion à des fonctions d édile plébéien, et la tête de Cérès qui figure au droit rappelle que ces fonctionnaires étaient spécialement chargés de la garde de l’annona. Cavedoni a ingénieusement reconnu dans le type du revers de cette médaille l’anecdote de l’affranchi C. Furius Chresimus rapportée par Pline . C. Chresimus qui se livrait à l’agriculture, faisait des récoltes incomparablement plus belles que tous ses voisins, si bien qu’on l’accusa d’empoisonner par jalousie les champs des autres. L’édile curule Sp. Albinus allait ordonner des poursuites contre lui, lorsque Chresimus se présenta au forum avec ses instruments de labourage, ses beaux attelages et toute sa famille composée de robustes garçons, et il s’écria pour toute défense: Voilà, avec mes sueurs, mes fatigues et mes veilles, les poisons que je répands sur les récoltes des autres. Bien entendu, il fut acquitté.
L’accent sur l’V de Furius est le plus ancien spécimen de l’accent dans la série des monnaies de la république; on le voit encore sur l ‘V de Musa, sur les deniers de Q. Pomponius Musa.

Lieux de découverte (287 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.