1372RO – Denier Serratus Roscia – Lucius Roscius Fabatus

1372RO – Denier Serratus Roscia – Lucius Roscius Fabatus

Avers : L. ROSCI (Lucius Roscius)

Tête de Junon Sospita à droite, coiffée de la peau de chèvre; derrière marque de contrôle.

Revers : FABATI (Fabatius)

Jeune fille debout à droite nourrissant un serpent qui se tient devant elle; derrière marque de contrôle.

Atelier

Atelier : Rome

Métal : Argent

Datation : 64 avant J.C.

Gens : Roscia

Références : RRC 412/1 – B.3 (Roscia) – Syd. 915 – Sear 363

Descriptif : Droit et revers sont consacrés à Junon Sospita dont le culte était célébré à Lanuvium. Chaque année, une fête religieuse y mettait en scène une jeune fille, vierge, qui descendait dans une grotte, placée sous le temple de la déesse. La jeune fille devait nourrir un serpent. Si elle était chaste, elle remontait à la surface sans problème, sinon, elle était tuée par le serpent. La tête de Junon Sospita ornait déjà les deniers de L. Papius en 79 avant J.-C. et de L. Procilius en 80 avant J.-C.

D’après Ernest Babelon, il existerait 155 variétés du denier serratus Roscia (voir image ci dessous) dues aux différentes combinaisons de marques de contrôles tandis que M. Crawford a relevé une estimation de 240 coins de droit et de 241 coins de revers. Le symbole du droit a une relation directe avec celui du revers. Exemple: Tête de cheval sur le droit, tête d’âne sur le revers.

LesDioscures.com référence 241 combinaisons différentes de marques de contrôle différentes. 

Exemplaires « barbare »(imitation d’époque) de ce denier dentelé : Ces deux deniers présente la particularité d’avoir un genre de torque qui fait le pourtour de l’avers au lieu d’un grènetis.

1er 2.76gr _ 18.0mm BnF

monnaie_denarius_serratus__btv1b104405071monnaie_denarius_serratus__btv1b104405071-1

2ème : 2.46gr collection privée

Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

L. Roscius Fabatus. Monétaire vers 690 (64 av. J.-C.)

Lieutenant de César dans les Gaules en 700 (54av. J.-C.), L. Roscius Fabatus fut chargé de combattre les Germains sur
le Rhin, et d ‘étouffer, dans le nord de la Gaule, l’insurrection d’Ambiorix qui avait poussé à la révolte les Eburons et les Nerviens. Fabatus fut préteur en 705 (49 av. J.-C.) et envoyé, en cette qualité, par Pompée à César qui se trouvait alors à Ariminum. Les négociations n’aboutirent Il fut tué le pas. 14 ou 15 avril 711 (43 av. J.-C.), au commencement de la bataille livrée à Modène par Marc Antoine à l’armée des meurtriers de César. L. Roscius Fabatus fut officier monétaire vers 690 (64 av. J.-C.). Le droit de son denier, représentant la tête de Junon Caprotina, rappelle que la famille Roscia était originaire de Lanuvium où cette divinité avait, comme nous l’avons dit ailleurs, son plus ancien et son principal sanctuaire. Le revers, où l’on voit une jeune fille nourrissant un dragon, fait allusion à une particularité du culte de Junon Lanuvienne et à une épreuve singulière imposée aux jeunes filles de la ville. Cette épreuve est mentionnée par Aelien et voici ce qu’en dit Properce : « De temps immémorial, la ville de Lanuvium est sous la garde d’un antique dragon, et l’on prend soin de ne pas manquer l’instant de la cérémonie annuelle qui consiste à descendre dans sa ténébreuse retraite. Tu as tout à craindre, jeune vierge chargée d’y pénétrer, lorsque le monstre affamé réclame le tribut annuel de sa pâture, en sifflant du fond de la caverne. Les jeunes filles dont le ministère périlleux est d’y descendre, pâlissent d’effroi en voyant les flammes de sa gueule béante. Il se saisit avidement de l ‘offrande, et peu s’en faut que la corbeille n’échappe des mains tremblantes des jeunes filles. Si elles sont chastes, elles retournent dans les bras paternels,
et le cultivateur s’écrie : « Nous aurons une bonne récolte. » Les Romains se rendaient en foule, tous les ans, à cette étrange cérémonie religieuse, et peut-être qu’une jeune vierge de la famille Roscia, chargée de porter l’offrande au dragon, donna lieu à un incident remarquable dont la médaille rappelle le souvenir.

Lieux de découverte (456 exemplaires)