1366PO – Denier Pomponia – Quintus Pomponius Musa

1366PO – Denier Pomponia – Quintus Pomponius Musa

Avers : Anépigraphe

Tête d’Apollon lauré à droite; derrière, une fleur.

Revers : Q • POMPONI / MVSA (Quintus Pomponius Musa)

Erato (muse de l’érotisme), debout à droite, jouant de la lyre.

Denier Pomponia _ RRC 410/6

Datation 66 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens : Pomponia

Références : RRC 410/6 – B.12 (Pomponia)

Indice de rareté : 10+

Descriptif : La série des deniers de Quintus Pomponius Musa est la plus importante jamais frappée pour un seul monétaire et comprend au total dix pièces différentes, construite au départ sur un jeu de mot entre les neuf Muses et le cognomen du monétaire. Outre Hercule Musagetes, sont représentées au revers : Calliope, muse de la poésie épique; Clio, muse de l’histoire; Melpomène, muse de la tragédie; Euterpe, muse de la poésie lyrique; Erato, muse de la musique et de la poésie érotique; Terpischore, muse de la danse; Uranie, muse de l’astronomie; Thalie, muse de la comédie; et Polymnie, muse de la rhétorique. Ce monnayage est peut-être aussi lié au petit temple de l’Hercule des Muses “Herculis Musarum Ædes”. Ce temple était situé dans le Cirque Maxime, près du portique d’Octave. Il fut construit par Marcus Fulvius Nobilior afin de commémorer ses victoires remportées deux ans plus tôt sur les Acarnaniens en 189 avant J.-C. après son triomphe et dédicacé le 30 juin 187 avant J.-C. Neuf statues des Muses et une d’Hercule jouant de la lyre, venant d’Ambracie, furent placées dans le temple. Il pourrait s’agir des représentations figurées au revers de nos deniers. Le temple sera restauré en 29 avant J.-C. par Lucius Marcius Philippus et inclus dans le Porticus Philippi.

btv1b104397047btv1b104397047-1

3.78gr _ 18.9mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Q. Pomponius Musa. Monétaire vers 690 (64 av. J.-C.)

Ce magistrat n’est pas cité dans les auteurs et l’on ne connait historiquement des personnages avec le nom de Pomponius Musa que du temps de l’empire . Néanmoins les monnaies qui suivent sont fort intéressantes, et Borghesi les a expliquées très ingénieusement. Les neuf muses qui y sont représentées, font allusion au surnom du monétaire Musa. Ces types reproduisent probablement le groupe d’Hercule et des neuf muses que M.Fulvius Nobilior dédia en 567 (187 av. J.-C.) dans le temple d’Hercule, chef du choeur des Muses, ou Musagètes (Hercules Musarum) . La tête qui figure au droit, est celle d’Apollon; chacune des neuf soeurs est représentée avec ses attributs spéciaux : Calliope, muse de la poésie épique et qui avait la plus belle voix, chante en s’accompagnant de la lyre; Clio, muse de l’histoire, lit sur un volumen qu’elle tient déroulé ; Erato, muse de la poésie érotique, joue de la lyre; Euterpe, muse de la poésie lyrique, tient une double flûte; Melpomène, muse de la tragédie, tient un masque et une massue; Polymnie, muse de la rhétorique, tient un volumen et fait le geste oratoire; Terpsichore, muse de la danse, tient la harpe et le plectrum qu’elle a inventés; Thalie, muse de la comédie, tient un masque et un pedum ou bâton pastoral; Uranie, muse de l’astronomie, touche de sa baguette un globe céleste. Ces figures des neuf Muses sont intéressantes à comparer avec les nombreuses statues ou représentations de toutes sortes des mêmes divinités, que possèdent les musées. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.