1353PL – Denier Plaetoria – Marcus Plætorius Cestianus

1353PL – Denier Plaetoria – Marcus Plætorius Cestianus

Avers : Anépigraphe

Tête masculine juvénile (Bonus Eventus) à droite, les cheveux longs; derrière, marque de contrôle.

Revers : M. PLAETORI/ CEST. EX. S. C (Marcus Plætorius / Cestianus Ex Senatus Consulto, Marcus Plaetorius / Cestianus par décret du Sénat)

Caducée ailé.

Denier Plaetoria _ RRC 405/5

Datation 69 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens : Plaetoria

Références : RRC 405/5 – B.5 (Plaetoria) – CRR.807

Indice de rareté : 6

Descriptif : Comme le fait remarquer D. R. Sear, ce denier pourrait commémorer les « Ludi Florales » ou jeux de Flore, institués en 240 ou 238 avant J.-C. Ils furent créés à la demande des prêtres des livres sibyllins. Les livres sybillins (libri Sibyllini ou libri Fatales) étaient des prophéties d’origine étrusque qui étaient conservées dans le temple de Jupiter Capitolin à Rome. Les jeux de Flore se déroulaient du 28 avril au 2 mai. Ils comprenaient des jeux du cirque et des représentations théâtrales. M. Crawford signale que le buste du droit, en connexion avec le revers pourrait être attribué à Mercure.

M. Crawford a relevé une estimation de 54 coins de droit et de 60 coins de revers.

Ernest Babelon a répertorié au droit de ce denier les symboles suivants : A, Acrostolium, Ancre, Apex, Arc, Baguette, Bàton, Bucrane, Caducée, Clef, Compas, Crochet, Crochet double, Dauphin, Echelle, Epi, Equerre, Feuille, Flambeau, Fléau, Gland, Gousse de pois, Grain d’orge, Grappe, Hache, Javelot, Lime, Lys, Loutre, Manche d’outil, Massue, Mouche, Palme, Papillon, Pavot, Pointe de flèche, Seau, Strigile, Trident.

Ci-dessous une galerie d’images du denier Plaetoria avec différents symboles de contrôle.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

M. Plaetorius Cestianus. Edile curule en 685 (69 av. J.-C.)

Le surnom de Cestianus qui paraît sur les monnaies de M. Plaetorius n’est mentionné dans aucun historien de l’antiquité. Il est probable que M. Plaetorius Cestianus est le même que M. Plaetorius qui se porta comme accusateur de M. Fonteius en 684 (70 av. J.-C.) et contre lequel Cicéron prononça son pro Fonteio. L’année suivante, M. Plaetorius fut édile curule avec C. Flaminius, et c’est en cette qualité qu’il fit frapper monnaie. En 688 (66 av. J.-C.), il fut préteur avec le même collègue. Cicéron  nous apprend qu’en l’an 703 (51 av. J.-C.) il fut condamné, mais il ne nous dit point à quelle peine, ni sur quel chef d’accusation. Son père pourrait être M. Plaetorius, que Sylla fit mettre à mort en 672 (82 av. J.-C.).
Les monnaies de M. Plaetorius Cestianus offrent des types variés et intéressants qu’on peut rapprocher de ceux des deniers de M. Volteius. La tête de Cybèle qu’on voit sur le n. 3, rappelle les fètes Mégalésiennes qu’on célébrait en l’honneur de cette divinité appelée la Bonne Déesse, Mater magna. Ces fêtes avaient été instituées en 550 (204 av. J.-C.), et les édiles curules étaient chargés de les présider . C’est pour ce motif qu’on voit la tête de Cybèle sur les deniers frappés par des édiles curules, comme M. Plaetorius Cestianus, P. Furius Crassipes, et A. Plautius. Le denier n. 4 a toujours été mal interprété. Au droit, nous croyons qu ‘il faut reconnaître la déesse sabine Vacuna qui réunissait les attributs de Diane, de Cérès, de Vénus, de la Victoire et de Minerve : ce sont bien en effet les attributs de ces divinités que porte le buste féminin de la médaille : Vacuna était encore très honorée du temps même de l’empire et elle avait à Reate un temple célèbre qui fut restauré par Vespasien La tête jeune et imberbe du denier n. 5 paraît être celle de Bonus Eventus; du moins elle ressemble beaucoup à celle qui figure sur un denier de Q. Cassius Longinus et que nous avons appelée de ce nom. Ces deux têtes, il est vrai, n’ont point de rapport avec celle de Bonus Eventus qui figure, avec son nom, sur le denier de Scibonius Libo; mais nous pourrions citer de nombreux exemples d’une pareille anomalie ; d’ailleurs, les têtes en question nous ont paru se rapprocher de la tête du même dieu qu’on voit sur des monnaies de Galba, de Titus, et des autres représentations qu’on connaît de Bonus Eventus . Les figures qui paraissent sur les deniers suivants sont encore plus obscures. Ce sont probablement, comme Vacuna et comme la Bona Dea, des divinités dont le culte, à Rome, était mystérieux, et qui rendaient des oracles ou jetaient des sorts, comme Faunus et Fauna, Pales, la nymphe Egérie ou quelques autres. On pourrait croire aussi bien, qu’il s’agit de la représentation de diverses variétés de la déesse Fortune, comme la Fortuna muliebris, la Fortuna virilis, la Fortuna brevis, la Fortuna respiciens, etc., ou quelques autres divinités de même nature comme Nortia, Fatum, Fata, qui avaient des sanctuaires nombreux à Rome et dans l’Italie centrale . Dans tous les cas, au revers des deniers 8 et 9, on voit le fronton du temple de Préneste où la Fortuna publica primigenia était particulièrement honorée . Le buste de la déesse Sors, au revers du n. 10, justifie les conjectures que nous avons formulées tout à l’heure, et rappelle les bustes des Forlunae Antiates, sur les deniers de Q. Rustius. Au-dessous, est placé non point, comme on l’a cru, un socle de statue sur lequel serait inscrit le mot sors, mais un cartouche terminé en queue d’aronde et qui est l’image de l’un de ces sortes que les fouilles archéologiques ont mis au jour, à Pompéï notamment, et à l’aide desquels on jetait des sorts et on prédisait l’avenir .


Lieux de découverte (87 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.