1345AQ – Denier Serratus Aquillia – Manius Aquillius
Denier serratus

1345AQ – Denier Serratus Aquillia – Manius Aquillius

Avers : III VIR / VIRTVS (Triumviri / Virtus, Triumvir, la Virilité)

Buste casqué de Virtus (la Virilité) à droite.

Revers : MN. AQVIL MN. F. MN. N (Manius Aquillius, Manii Filius, Manii Nepos/ Sicilia, Manius Aquillius fils de Manius petit-fils de Manius/ Sicile)

Guerrier debout à droite, tenant un bouclier de la main gauche et relevant une femme agenouillée à gauche.

Denier Serratus Aquillia _ RRC 401/1

Datation 71 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens : Aquillia

Références : RRC 401/1 – B.2 (Aquillia)

Indice de rareté : 4

Descriptif : C’est la première apparition de la légende III VIR sur une monnaie romaine. Manius Aquillius semble appartenir au clan sénatorial. Au revers, sont peut-être représentés Manius Aquillius, le grand-père (nepos) de notre monétaire qui fut consul en 101 avant J.-C. et mit fin à la guerre servile qui ravageait la Sicile depuis l’année précédente. Dans ce cas, le guerrier ou Aquillius relèverait la Sicile agenouillée. Autrement, le revers de ce denier qui rappelle la fin d’une guerre servile serait peut-être à mettre en rapport avec l’éradication de la révolte servile de Spartacus qui prend fin justement en 71 avant J.-C.

Manius Aquilius Nepos fut un général romain et un consul romain en -101. Général romain, et consul avec Marius, il étouffa la deuxième révolte des esclaves en Sicile.
En -98, Aquilius a été accusé de corruption par lucius fufius mais fut défendu par Antoine l’orateur, qui le sauva en découvrant au milieu de sa plaidoirie les cicatrices des blessures que son client avait reçues au service de la patrie.
Le revers de ce denier qui rappelle la fin d’une guerre servile est peut-être à mettre en rapport avec l’éradication de la révolte servile de Spartacus qui prend fin justement en 71 avant J.-C.
Par la suite, notre consul fut envoyé en Asie mineure pour rétablir les rois de Bithynie et de Cappadoce, que Mithridate VI avait détrônés. Mais, après quelques succès, il fut pris par ce prince qui le fit promener sur un âne, puis le fit mourir en lui versant dans la bouche de l’or fondu, signe d’avarice.

M. Crawford a relevé une estimation de 88 coins de droit et de 98 coins de revers.


Variante avec un ornement du casque de Virtus différent :

ch315_ph1ch315_ph2


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Man. Aquillius. Triumvir monétaire vers l’an 700 (54 av. J.-C.)

Man. Aquillius, qualifié sur ses monnaies de Manii filius, Manii nepos, était, fort probablement, le fils du précédent, mais il n’est pas connu en dehors de la numismatique ; c était un monétaire pompéien frappant hors de l’atelier de Rome; le titre de triumvir qu’il prend sur son denier autorise cette hypothèse, en même temps qu’il ne permet guère de placer son entrée en charge antérieurement à l’an 700; Fr. Lenormant le classe entre les années 700 et 704 ; il a peut-être été le collègue de C. Hosidius Geta. Quant aux types de son denier, où l’on voit, d’un côté, la Valeur militaire (virtus) qui avait un temple à Rome , et de l’autre, un guerrier qui relève une femme à demi-nue représentant la Sicile, il y est fait une allusion évidente au courage personnel et au rôle du consul Man. Aquillius en Sicile, en 653 et 654 (101-100 av. J.-C.), et dont nous avons parlé plus haut : la Sicile se trouve délivrée des mains des esclaves insurgés, par le consul lui-même qui la relève et la protège. La dentelure de la tranche indique que ce denier n’est probablement pas sorti de l’atelier de Rome.


Lieux de découverte (311 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.