1328LU – Denier Lucretia – Lucius Lucretius Trio

1328LU – Denier Lucretia – Lucius Lucretius Trio

Avers : Anépigraphe

Tête laurée de Neptune à droite, le trident sur l’épaule; derrière la tête, marque de contrôle.

Revers : L. LVCRETI / TRIO (Lucius Lucretius Trio)

Petit génie ailé (Palæmon) chevauchant un dauphin à droite.

Atelier

Rome

Datation 76 avant J.C.

Matière Argent

Gens : Lucretia

Références : RRC 390/2 – B.3 (Lucretia) – CRR.784

Descriptif : Droit et revers de ce denier rappellent peut-être que Caius Lucretius Gallus fut créé “duumvir navalis” avec Caius Matienus en 181 avant J.-C. et commanda la flotte chargée de lutter contre les Liguriens. En 171 avant J.-C., il reçut le commandement de la flotte dans la guerre contre Persée de Macédoine (171-168 avant J.-C.). Le revers n’est pas sans rappeler le monnayage de Tarente avec Taras chevauchant le dauphin.

Les marques de contrôle vont de 1 à 76 et sont liées à chaque fois à un unique coin, exceptées trois marques 61, 62 et 63 (chiffres romains) qui existent normales et inversées.

M. Crawford a relevé une estimation de 80 coins de droit et de 89 coins de revers.

Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

L. Lucretius Trio. Monétaire vers l’an 680 (74 av. J.-C.)

Ce monétaire n’est pas mentionné dans les auteurs; d’ailleurs, le cognomen Trio, dans la famille Lucretia, ne nous est révélé que par les monnaies. L. Lucretius Trio a fait allusion à son surnom en plaçant, au revers d’un de ses deniers, les sept étoiles qui forment la constellation de la Grande Ourse, et qu’on appelait les septem triones, d’où notre mot septentrion. Cette allusion aux astres explique la présence du Soleil personnifié sur ce même denier qui a, ainsi, une analogie frappante avec le denier de P. Clodius M. f. (Claudia, 16). Peut-être le monétaire a-t-il voulu, en même temps, rapprocher la lumière qui vient des astres (lux) de son nom Lucretius, comme le Soleil rappelle le nom d’Aburius, à cause d’amburere, brûler (Cf. Aburia, 6). Ces rapprochements puérils sont bien conformes aux habitudes romaines. Quant à la pièce suivante (n. 3), la tête de Neptune et Cupidon sur un dauphin font supposer que l’un des ancêtres du monétaire a occupé une charge importante dans la flotte romaine. Ce type a beaucoup d’analogie avec celui des anciennes monnaies de Tarente et de quelques autres villes de la Grande Grèce. Dès lors, il est permis de croire que ce type monétaire est consacré au souvenir de C. Lucretius Gallus qui fut créé duumvir navalis avec C. Matienus en 573 (181 av. J.-C.) pour équiper les navires qui devaient conquérir la Ligurie , et qui, préteur en 583 (171 av. J.-C.), reçut le commandement de la flotte dirigée contre Persée, roi de Macédoine.

Lieux de découverte (176 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.