1309MA – Denier Serratus Maria – Caius Marius Capito

1309MA – Denier Serratus Maria – Caius Marius Capito

Avers : C. MARI C.F CAPIT (Caius Marius Caii Filius Capito duodecimo, Caius Marius fils de Caius Capito)

Buste de Cérès drapé à droite, coiffée d’une couronne d’épis. A la suite de la légende, marque de contrôle.

Revers : Anépigraphe

Agriculteur conduisant une paire de bœufs sous le joug à gauche, tirant l’araire; au-dessus, marque de contrôle semblable à celui du revers.

Atelier

Rome

Datation 81 avant J.C.

Matière Argent

Gens : Maria

Références : RRC 378/1a – B.7 (Maria) – Syd.744a

Descriptif : La gens Maria était d’origine plébéienne et se divisait en deux branches, Capito et Trogus. La scène du revers, pour classique qu’elle soit, peut aussi faire référence à la fondation d’une ville. Ce denier fait partie des pièces restituées par Trajan en 107. Ce type de revers sera transposé par Octave entre 30 et 27 sur un denier frappé en Italie et montrant Auguste sous les traits d’un pontife creusant un sillon à l’aide de deux bœufs. Cette représentation rappelle aussi le mythe de la fondation de Rome par Romulus en 753 avant J.-C.

M. Crawford a relevé une estimation de dix-neuf coins de droit et de dix-neuf coins de revers.

2) Variété du denier serratus Maria avec en plus du descriptif ci-dessus, l’ajout de SC (senatus Consulto) et d’une marque de contrôle à l’exergue du revers.

Références : RRC 378/1b – B.8 (Maria)

M. Crawford a relevé une estimation de six coins de droit et de six coins de revers.

Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

C. Marius C. f. Capito. Monétaire vers 670 (84 av. J.-C.)

Le rival de Sylla, C. Marius, eut un fils adoptif, du même nom que lui, et qui, dans les auteurs, ne porte aucun cognomen. Il est né en l’an 645 (109 av. J.-C.) et il a fort bien pu frapper les monnaies décrites plus bas, qui portent le nom de C. Marius Capilo, fils d’un C. Marius. Il aurait, dans ce cas, rempli les fonctions de monétaire du vivant et sous l’autorité de son père. On sait que, le grand Marius mort, son fils lutta pour la cause plébéienne, et que toute l’Italie se déclara pour lui, tandis que Sylla était occupé à faire la guerre à Mithridate, roi de Pont. En l’an 672 (82 av. J.-C.) il fut du consul, âgé seulement de vingt-sept ans. Mais Sylla, à son retour, lui livra une bataille à Sacriportus, le défit complètement et enfin vint l’assiéger dans Préneste. Le jeune Marius réussit à s ‘échapper, mais c’en fut fait de son parti, et lui-même périt dans la même année.
Sur ses monnaies on voit la tête de Cérès et un colon qui conduit des boeufs au labour : c’est le type consacré pour perpétuer le souvenir de la fondation d’une colonie. Il s’agit, sans doute, de la colonie d’Eporedia, fondée par Marius dans la Gaule Cisalpine, au pied des Alpes. Les chiffres qu’on voit sur les trois deniers, offrent cette particularité qu’ils forment trois séries se faisant suite. Ainsi, sur le denier n. 7, on trouve tous les chiffres de 1 à XXIV, sur le n. 8, les chiffres de XXV à XXXII; sur le n. 9, les chiffres de XXXIII à CL.

Lieux de découverte (121 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.