1171PO – Denier Pomponia – Lucius Pomponius Molo

1171PO – Denier Pomponia – Lucius Pomponius Molo

Avers L. POMPON MOLO (Lucius Pomponius Molo)

Tête laurée d’Apollon à droite.

Revers : NV(MA). PO(MP)IL (Numa Pompilius)

Numa Pompilius drapé debout à gauche, tourné à droite, tenant un lituus de la main gauche et sacrifiant au-dessus d’un autel paré et allumé; dans le champ à droite, un victimaire, tenant une chèvre ou un bouc, s’apprêtant à sacrifier l’animal.

Denier Pomponia _ RRC 334/1

Datation 97 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens Pomponia

Références : RRC 334/1 – B.6 (Pomponia)

Indice de rareté : 6 

Descriptif : Droit et revers rappellent la filiation de la gens Pomponia, qui prétend descendre de Pompo, fils de Numa Pompilius qui succéda à Romulus comme second roi de Rome. La gens était d’origine Sabine. Numa Pompilius organisa la religion romaine en faisant des prêtres les auxiliaires royaux, événement que rappelle peut-être notre revers.

M. Crawford a relevé une estimation de trente coins de droit et de trente-sept coins de revers.


Exemplaire du denier Pomponia avec une frappe incuse (3.19gr _ 17.9mm) :

Denier Pomponia _ RRC 334/1Denier Pomponia _ RRC 334/1


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

L. Pomponius Molo. Monétaire vers 660 (94 av. J.-C.)

Ce personnage est inconnu dans l’histoire et l’on ne voit pas que le cognomen Molo ait été porté par un autre. Son denier est fort intéressant parce qu’il fait allusion aux prétentions des Pomponii qui se disaient descendus de Pompo, fils de Numa. La tête d ‘Apollon figure au droit, et au revers on voit un sacrifice à ce dieu offert par le roi Numa lui-même. D’après les rites romains, le pontife devait toujours avoir la tête voilée; ici, la tête de Numa n’est pas recouverte d’une draperie, ce qui indique que le sacrifice du bouc est accompli selon les rites grecs. Cavedoni qui a fait cette remarque, cite un passage de Tite Live qui la confirme : Senatus consultum factum est, ut decemviri sacra graeco ritu facerent Apollini bove aurato et capris duabus albis auratis. Ce texte se rapporte à l’an 542 (212 av. J.-C.) et prouve que les sacrifices graeco ritu continuèrent longtemps à être en usage à Rome. Le denier de L. Pomponius Molo a une grande analogie de fabrique avec le denier frappé par le collège composé de L. Caecilius Metellus, C. Poblicius Malleolus et A. Postumius Albinus.


Lieux de découverte (73 exemplaires)

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :