1113CL – Denier Claudia – Appius Claudius Pulcher

1113CL – Denier Claudia – Appius Claudius Pulcher

Avers : Anepigraphe

Tête casquée de Roma à droite, derrière un objet ayant la forme d’un cercle inscrit dans un triangle.

Revers : AP.CL.MANL.Q.VR (Titus Mallius Mancinus, Appius Claudius Pulcher, Quintus Urbinius)

Victoria sur un trige à droite.

capture39

Datation 111-110 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens Claudia et Mallia

Référence : RRC 299/1a – B.2 (Mallia)

Indice de rareté : 3 

Descriptif : D’après M Crawford, ce type monétaire a été frappé par trois monétaires (hypothèse retenue ici) et il interprète les lettres QV comme étant un nom (Quintus Urbinius). E. Babelon, H. Grueber et E. Sydenham avaient restitué ces deux lettres d’une manière différente : QV serait à traduire par “Quæstores Urbani” ou questeurs de la ville, désignant la qualité des deux magistrats Appius Claudius Pulcher et Titus Mallius Mancinus, hypothèse qu’il faut aujourd’hui abandonner. D. Sear n’arrive pas à trancher sur le monogramme T. MAL pour Titus Mallius ou Maloleius ou Titus Manlius Mancinus. La représentation du trige est rare sur les monnaies de la République et le seul autre cas se retrouve sur les deniers serrati de Caius Nævius Balbus frappés à l’époque de Sylla.

M. Crawford a relevé une estimation de 320 coins de droit et 400 de revers. C’est l’un des deniers les plus courants de la République romaine


Ci-dessous une exemplaire du denier Claudia avec une frappe incuse :

[Monnaie_Denarius_Rome]_Rome_Atelier_btv1b10430771p[Monnaie_Denarius_Rome]_Rome_Atelier_btv1b10430771p (1)

4.00gr _ 17.6mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Appius Claudius Pulcher. Questeur vers l’an 655 (99 av. J.-C.).

Ce personnage parait être le frère puiné du précédent. C’est probablement lui qui, dans l’attaque de Marius et de Cinna contre Rome, ouvrit les portes du Janicule aux agresseurs. C’est peut-être lui encore qui en 677 (77 av. J.-C.) fut interrex et défendit Rome contre M. Aemilius Lepidus Mais il existe à cette époque plusieurs Appius Claudius Pulcher qui ont joué un rôle important, et il est souvent difficile de les distinguer. Celui qui frappa monnaie vers l’an de Rome 655, (99 av. J.-C.) est qualifié de Quaestor urbanus sur son denier qu’il frappa avec T. Mallius, et voici ce que dit Mommsen à son sujet : « Nous ne connaissons dans l’histoire qu’un seul Appius Claudius, qui puisse avoir été questeur dans le second tiers du VIIe siècle. Ap. Claudius, consul en 611, est trop ancien ; celui qui fut tribun du peuple en 667 et qui fut tué aux portes de Rome en 672, ne l’est pas assez. L’interrex de l’an 677 et qui doit être le même que le consul de 700 (14 av. J.-C.) est encore moins ancien. Il ne nous reste plus de tous les Claudius qui appartiennent à ces générations que Ap. Claudius, Ap. (non C.) f. Pulcher, fils du consul de 611 et frère cadet du monétaire C. Claudius Pulcher, préteur lui-même en 665, consul à un âge déjà avancé en 675 (79 av. J.-C.) et qui mourut proconsul de Macédoine en 678 (76 av. J.-C.). Ce personnage peut bien en effet avoir été questeur de la ville en 655 »

Les deniers de ce personnage lui donnent un collègue dans la questure urbaine. Le nom de ce collègue est écrit par le monogramme T. AA, qu’on a interprété par Titus Mallius (V. Mallia). Les dernières lettres de la légende, Q. (VR) ont été interprétées par Cohen, à la suite de Borghesi, par Quintus Urbinius. Eckhel également n’admettait pas que ce monogramme pût se lire quaestores urbani parce que, dit-il, l’indication des magistratures ne se trouve pas sur les anciens deniers. Borghesi pense que si Q. (VR) signifiait quaestores urbani, ces lettres seraient suivies de la formule EX. S. C. ; il suppose donc Quintus Urbinius, troisième magistrat monétaire. Mommsen répond que les pièces appartiennent à une époque où l’on ne voit encore que rarement paraître les titres de magistrature avec l’adjonction de la formule ex senalus consulto. L’interprétation quaestores urbani nous paraît la plus probable ; la gens Urbinia bien que très ancienne, a peu de membres connus; on remarquera d’ailleurs que tandis que les mots Titus Mallius, Appius Claudius sontquelquefois intervertis dans la légende, les lettres Q. VR restent toujours à la fin, ce qui est un indice de plus en faveur de l’opinion de Mommsen.

Le symbole qu’on voit derrière la tête du droit est un objet triangulaire ou quadrangulaire, qui paraît analogue au pentagone, l’emblème de la Santé.


Lieux de découverte (813 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chantecler

Je suis le rédacteur de ce blog, numismate et avant tout passionné d'Histoire et de mythologie.