141 av JC.

Denier Atilia _ RRC 225/1

Avers Anépigraphe

Tête casquée de Rome à droite; derrière XVI.

Revers L. (AT)ILI // NOM (Lucius Atilius // Nomentanus?)

Victoria (la Victoire) dans un bige allant à droite, tenant un fouet de la main droite et les rênes de la gauche.

Atelier Rome

Gens Atilia

Références : RRC 225/1 – B.16 (Atilia)

Indice de rareté : 9 

Descriptif : Cet extraordinaire denier reste une énigme. Les différents auteurs ne s’expliquent toujours pas pourquoi le cognomen du monétaire Nomentanus est venu remplacer le traditionnel ROMA à l’exergue du denier. Il semble bien que cette substitution ait été volontaire comme ont tenté de le démontrer successivement le duc de Blacas, Th. Mommsen et H. A. Grueber. M. Crawford signale que ce n’est pas une erreur. Tout aussi exceptionnelle est l’apparition de la marque XVI au droit, mais qui se rencontre aussi sur les autres deniers du collège monétaire de cette année: L. Julius et C. Titinius. Le changement de valeur se serait alors produit à cette date, réévaluant la valeur du denier de dix à seize as. Cependant la valeur X (dix) sera encore utilisée pendant plus d’un quart de siècle sur certains deniers, comme celui de L. Flaminius Cilo en 109-108 avant J.-C.

M. Crawford a relevé une estimation de cinq coins de droit et de six coins de revers ce qui en fait l’un des deniers les plus rares de la République pour cette période.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

L. A tilius Nomentanus. Monétaire vers l’an 618 (136 av. J.-C.)

Le denier de ce monétaire offre une particularité singulière, laquelle sur on a beaucoup discuté sans aboutir à une solution définitive. A l exergue du revers, à l endroit où on lit généralement le mot ROMA, on voit très distinctement et sans ambiguité possible, les trois lettres NOM. Borghesi croit que ces lettres forment les initiales du cognomen du monétaire, et il les interprète par Nomentanus, en comparant la disposition de la légende à celle qui figure sur les deniers de C. Coelius Caldus, de L. Flaminius Chilo, de Sex. Julius Caesar, de L. Thorius Balbus et d’autres encore. Il suppose alors une branche de la famille Atilia, les Nomentani, inconnus dans les historiens, et à laquelle il rattache un certain Atilius mentionné dans Tite-Live en 686 (68 av. J.-C.). On a objecté à cette interprétation, que l’existence d’un Atilius Nomentanus n’est pas prouvée, et Mommsen pense que, dans les lettres NOM, il faut voir simplement une altération du nom ROMA, produite par une erreur du graveur qui a fabriqué le coin monétaire . L’opinion de Borghesi nous parait préférable, car une erreur du genre de celle-ci ne pourrait guerre se rencontrer que sur des monnaies de fabrique barbare, ce qui n’est point le cas.
La date de l’émission du denier en question étant à peu près déterminée par son style, le type du bige de Diane, et le chiffre XVI au droit, on peut attribuer cette pièce à L. Atilius qualifié de inlustris juvenis, qui combattait sur la flotte romaine près de Samothrace, sous les ordres de Cn. Octavius en 586 (168 av. J.-C.) . C’est le seul personnage contemporain du denier, qui ait porté le prénom de Lucius, et c’est à lui que Borghesi donne le surnom de Nomentanus. Son denier a la plus grande analogie avec celui de C. Titinius Gadaeus.


Lieux de découverte (7 exemplaires)