38 av. JC

Avers : IMP·DIVI·IVLI·F·TER·III·VIR·R·P·C (Imperator Cæsar Divi Iuli Filius, Imperator Octave fils du divin Jules, triumvir pour la seconde fois pour la restauration de la République) 

Tête laurée de César à droite, une étoile à droite.

Revers : M. AGRIPPA. COS / DESIG (Marcus Agrippa Consul/ Designatus, Marc Agrippa consul/ désigné)

Légende en deux lignes dans le champ.

Atelier : Italie ou Gaule

Gens : Vipsania et Julia

Références : RRC 534/1 – B.130 (Julia)

Indice de rareté : 500 Francs Babelon

Descriptif :  

monnaie_aureus__btv1b10453503kmonnaie_aureus__btv1b10453503k-1

7.90gr _ 19.5mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

M. Vipsanius Agrippa fut consul effectif pour la première fois en 717 (37 av. J.-C.); par conséquent, ces pièces sont un peu antérieures à cette date et doivent être classés en 716 (38 av. J.-C.). On a longtemps cherché quel était le sens du mot TER dans la légende du droit de l’aureus précédent. Nous l’avons interprété, avec Borghesi, par iterum, c’est-à-dire iterum triumvirt, le renouvellement du triumvirat ayant eu lieu en 716, date des médailles. Cependant, Mommsen: a lu tertio, en interprétant imperator… tertio. Mais nous ne saurions accepter l’opinion du savant allemand pour les deux raisons suivantes :

1° il serait sans exemple en numismatique que le chiffre de la salutation impératoriale fut ainsi éloigné du mot imperator;

2° sur les monnaies d’Octave, le chiffre de la salutation impératoriale n ‘est jamais marqué quand le mot imperator est placé comme un prénom devant le mot de Caesar.

Ajoutons que, de toutes les pièces d’Octave que nous avons décrites jusqu’ici, la dernière (n. 130) est la seule sur laquelle le mot IMP. précède le nom d’Octave; nous avons constamment trouvé CAESAR IMP., sans chiffre de salutation impératorialc, bien entendu, puisqu’Octave n’avait encore qu’une seule salutation. Sur les pièces qui vont suivre, nous trouverons au contraire IMP. CAESAR, et dans ce cas, avons-nous dit, le chiffre de l’impératorat ne figure jamais. Si, par exception, on lit CAESAR IMP., le mot IMP. est toujours suivi d’un chiffre. C’est faute d’avoir observé ces règles que la confusion la plus grande a régné jusqu’ici dans la chronologie des monnaies d’Octave et d’Auguste.

Enregistrer

Enregistrer