40 – 39 av. JC

Aureus Octave _ RRC 526/1

Avers : DIVI IVLI·F (Divi Filius, Au divin Jules)

Tête nue d’Octave à droite.

Revers : Q. VOCONIVS // VITVLVS.  (Quintus Voconius Vitulus)

Veau à gauche.

Atelier : Rome

Gens : Voconia et Julia

Références : RRC 526/1 – B.3 (Voconia)

Indice de rareté : 500 Francs Babelon

Descriptif : Cette émission posthume est frappée à l’instigation d’Octave en 40 avant J.-C. sous la direction de Quintus Voconius Vitulus en tant que questeur désigné. L’animal au revers est décrit parfois comme un veau, un bœuf ou un taureau. La représentation de l’animal est particulière, mais c’est un mâle avec un appendice sexué. En l’absence de cornes, on peut supposer avoir affaire à un veau. Octave fait frapper des aurei avec ce revers tandis que pour son père adoptif ce sont des deniers. Cette émission semble liée à celle de Titus Sempronius Graccus à un moment où Octave est opposé à Marc Antoine dans la guerre de Pérouse.

monnaie_aureus__btv1b104535041monnaie_aureus__btv1b104535041-1

7.98gr _ 19.6mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Les Voconii ne font leur apparition dans l’histoire romaine que dans les derniers siècles de la république. On connaît notamment Q. Voconius Saxa, tribun du peuple en 585 (169 av. J.-C.), auteur de la loi Voconia défendue par Caton l’Ancien; Q. Voconius Naso, juge dans le procès de Cluentius plaidé par Cicéron, en 688(66 av. J.-C.); et enfin Q. Voconius Vitulus, qui remplit la charge de monétaire.
Q. Voconius Vitulus n’est connu que par les médailles qui le qualifient de quaeslor designalus; son collègue qui a aussi frappé monnaie était Ti. Sempronius Gracchus. Les médailles de Voconius ont, au revers, un veau, emblème du surnom du monétaire; elles portent au droit, les unes, l’effigie de Jules César, et les autres celle d’Octave; elles ont été frappées peu d’années après la mort de Jules César, sous le triumvirat d’Octave, Antoine et Lépide, selon l’opinion de Borghesi.
La barbe que porte Octave, en signe de deuil à cause de la mort de Jules César, fait placer ces médailles au temps de la guerre contre Sex. Pompée en 716-718. Elles ne sauraient, en effet, être postérieures, car Dion Cassius nous apprend que c’est après la guerre contre Sextus Pompée qu’Octave se rasa pour la première fois depuis la mort de César. Les médailles de Q. Voconius Vitulus ne sauraient, d’autre part, être antérieures à l’an 713 (41 av. J.-C.), car Jules César ne reçut le titre de divus que le V des kalendes de décembre 712 (42 av. J.-C.). Ce titre paraissant sur toutes les médailles, il faut donc renoncer à les classer en 711 (43 av. J.-C.) comme on l’a fait souvent. Fr. Lenormant croit qu’on peut placer la date de la magistrature de Ti. Sempronius Graccus et de Q. Voconius Vitulus vers les années 713 et 714 (41 et 40 av. J.-C.). C’est l’époque où, des trois triumvirs, Octave seul était demeuré en Italie; ainsi on s’expliquerait pourquoi les questeurs urbains ont mis, sur leurs espèces, son effigie à l’exclusion de celle de ses deux collègues. La mention senalus consulto indique que les questeurs urbains frappaient sous l’autorité du sénat qui, alors, était réconcilié avec Octave auquel il avait concédé le droit d’effigie monétaire.

Enregistrer

Enregistrer