42 av. JC

Denier Cornuficia _ RRC 509/2

Avers : Anépigraphe

Tête de Jupiter Ammon à gauche.

Revers : Q. CORNVFICI. AVGVR. IMP (Quintus Cornuficius, Augur, Imperator)

Cornuficius debout à gauche, portant un voile et portant un lituus de la main droite. Junon Sospita debout à droite avec une corneille sur l’épaule, tenant une lance et un bouclier dans la main gauche et couronne Cornuficius.

Atelier : Afrique

Gens : Cornuficia

Références : RRC 509/1 – B.1 (Cornuficia)

Indice de rareté : 3000 Francs Babelon

Descriptif :

monnaie_aureus__btv1b10453433fmonnaie_aureus__btv1b10453433f-1

7.89gr _ 19.9mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Cette famille plébéienne était, au dire de Cicéron, originaire de Rhegium. Elle n’apparaît pas dans les fastes de la république le dernier siècle avant qui a précédé notre ère. On connaît un Cornuficius qui était secrétaire (scriba) de Verrès pendant sa préture, l’an 680 (74 av. J.-C.); un Q. Cornuficius fut préteur en 688 (66 av. J.-C.) et brigua le consulat en même temps que Cicéron, l’an 690 (64 av. J.-C.). C’est de son fils, le plus illustre de toute la famille, que nous avons des monnaies. Le monétaire Q. Cornuficius eut une part active dans la guerre civile qui commença l’an 706 (48 av. J.-C.); il était alors questeur, et il fut envoyé comme propréteur en Illyrie par Jules César; rentré à Rome après avoir soumis cette province révoltée, il reçut la dignité d’augure dont il s’honore sur ses monnaies, et ce fut alors qu’il se lia avec Cicéron qui, augure comme lui, le traite de conlega, 708 (46 av. J.-C.); nous le voyons ensuite en Syrie dont il devint gouverneur pour César; deux ans plus tard, à la mort du dictateur, il gouvernait l’Ancienne Afrique comme propréteur. Il se déclara alors pour le parti républicain et le Sénat contre les triumvirs et il soutint Sextus Pompée. Appien et Dion Cassius racontent un peu différemment les péripéties de la guerre qu’il soutint contre T. Sextius, gouverneur de la Nouvelle Afrique et chargé de le combattre; toujours est-il qu’il paraît avoir péri dans la mêlée vers l’an 712 (42 av. J.-C.).

La tête de Jupiter Ammon qui figure sur les pièces n. 1 et 2, en même temps qu’elle est une allusion symbolique au nom Cornuficius, rappelle que le culte de Jupiter Ammon était fort en honneur dans la province de l’Ancienne Afrique où toutes les médailles de Q. Cornuficius ont été frappées, de 710 à 712 (44 à 42 av. J.-C.), au type des anciennes monnaies autonomes de cette contrée. La tête de Cérès et la tête de l’Afrique avec la peau d’éléphant conviennent également bien à cette province; derrière la tête de l’Afrique, on voit une baguette ou verge qui était l’attribut des gouverneurs de la Mauritanie: Praefeeti gentium Maurarum, cumfiunt, virgam accipiunt et gestanti.
Le revers de toutes ces médailles, qui est identique, est une allusion à la dignité augurale dont Q. Cornuficius fut investi, comme nous l’avons vu : il prend d’ailleurs dans la légende de ses pièces le titre d’augur, ainsi que celui d’imperalor dont il fut salué au moment de sa campagne contre l’armée des triumvirs commandée par T. Sextius en 711 et 712. Junon Sospita ou Lanuvina qui couronne l’augure, est vêtue comme toujours, d’une peau de chèvre par-dessus les vêtements de la matrone romaine; elle porte des sandales recourbées et un bouclier échancré; elle est armée de l’épieu des chasseurs et un corbeau est posé sur son épaule. La présence de Junon Lanuvina ne s’explique guère qu’en supposant que Q. Cornuficius était né à Lanuvium, où était le principal sanctuaire de cette déesse.