43 av. JC

Avers : Anépigraphe

Buste d’Africa drapé à droite portant une peau d’éléphant, deux colombes sur les bâtons de la chaise.

Revers : L·CESTIVS C·NORBA PR S·C

Casque corinthien sur siège curule.

Atelier : Rome

Gens : Norbana

Références : RRC 491/1a – B.1 (Cestia)

Indice de rareté :


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Cestia

Dans les derniers temps de la république, on rencontre plusieurs membres de cette tribu. Cicéron en nomme trois qui sont contemporains : il cite le premier dans son discours pour Flaccus ; le second, C. Cestius, est mentionné dans une lettre à Atticus ; le troisième, C. Cestius était préteur en 710 (44 av. J.-C.), et il périt l’année suivante dans la proscription des triumvirs . Sur les monnaies, on trouve L. Cestius, et l ‘on a cru généralement qu’il s’agissait de l’un des huit préfets de Rome institués par César pour administrer la ville pendant son absence, lorsqu’il alla combattre en Espagne les fils de Pompée, en 708 (46 av. J.-C.). Mais Mommsen repousse avec raison cette attribution. « Admettre, dit-il, que Norbanus et Cestius sont deux préfets de la ville nommés par César en 708-709, et que leurs monnaies d ‘or ainsi que celles de Plancus sont de ces deux années, est une hypothèse dépourvue de tout fondement, quoique cette attribution soit généralement admise. Nous pensons plutôt que ces pièces d ‘or fabriquées d’après le système adopté pour les mon- naies de César, ont été frappées, non sans doute par deux préfets, mais par deux préteurs, avec l autorisation du Sénat, après la mort du dictateur, quand le pouvoir de ce corps eut été rétabli rappelle » . On se en effet, comme nous l’avons exposé dans l’introduction, qu’après le meurtre de César en 710 (44 av. J.-C.), le Sénat s’empressa de s arroger le droit d’émettre des pièces d’or comme l’avaient fait les généraux, et de marquer cette reprise de la prérogative souveraine par les deux lettres S. C. (senatus consulto). C’est la seule époque où le Sénat ait fait frapper de la monnaie d’or, et cette circonstance donne raison à l’opinion de Mommsen . On ne sait rien sur ce préteur Lucius Cestius qui fit battre monnaie au nom du Sénat à la fin de l ‘an 710 (44 av. J.-C.). La tête de l’Afrique et le char de Cybèle traîné par des lions, type également africain, font sans doute allusion à quelque rôle militaire rempli en Afrique par un Cestius, ancêtre du monétaire. Il ne semble pas possible de confondre ce personnage avec l’autre Cestius qui remplit, à la même époque, les fonctions de préteur, puisque les auteurs donnent à ce dernier le prénom de Caius.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer