Avers : Anépigraphe

Tête casquée de Rome à droite; derrière, lettre de contrôle X.

Revers (ME) // ROMA

Les Dioscures, Castor et Pollux (Les Gémeaux) à cheval, galopant à droite. Ils sont cuirassés avec le manteau flottant sur l’épaule, coiffés d’un bonnet surmonté d’une étoile, tenant chacun une javeline.

Atelier Rome

Datation 194-190 av JC.

Métal argent

Gens Caecilia

RéférencesRRC 132/2 – B.1 (Caecilia)

Indice de rareté : 9 

Descriptif : Pour Caecilius Metellus, il existe le victoriat, l’as , le semis, le triens, le quadrans et le sextans.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

Caecilius Metellus. Monétaire vers 537 (217 av. J.-C.)

Les monnaies qui suivent et qui portent le monogramme (ME), ont la plus grande analogie de fabrique avec les pièces attribuées à L. Furius Purpureo, Q. Lutatius Catulus et C. Terentius Varo. Le magistrat qui les a fait frapper était sans doute un fils de L. Caecilius Metellus, consul en 503 (251 av. J.-C.), pendant la première guerre Punique, plus tard pontifex maximus, et enfin dictateur en 530 (224 av. J.-C.). On les a même attribuées conjecturalement à L. Caecilius
Metellus lui-même, en leur assignant une date qui nous semble trop reculée . Mommsen a cru que ces monnaies portaient le monogramme (ME) qui n’existe pas. Les pièces en bronze décrites par Cohen, avec un bouclier macédonien et ce prétendu monogramme sont des pièces refaites ou mal lues . M. Bahrfeldt, qui l’a démontré, admet cependant l’authenticité d’un quadrans de sa collection qui le porterait réellement, sans le bouclier macédonien. Je ne crois pas plus à l’authenticité du monogramme sur la pièce de M. Barhrfeldt que sur celles que cet auteur a récusées lui-même. Les prétendus bronzes avec (ME), ou bien portent une légende refaite, ou bien sont mal lus et doivent rentrer dans la catégorie des pièces au monogramme ME (Moenius) ou M, ou (ME).


Lieux de découverte (10 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer