84 – 83 av. JC

Denier Sylla _ RRC 359/2Avers L. SVLLA (Lucius Sylla)

Tête diadémée de Vénus à droite; devant elle, une statuette de Cupidon ailé, nu debout à gauche, tenant une palme.

Revers IMPER / ITERV (Imperator Iterum, Revêtu de la deuxième acclamation impériale)

Vase à sacrifices (capis) et lituus entre deux trophées.

Atelier Italie

Gens Cornelia

Références : RRC 359/1 – B.28 (Cornelia)

Indice de rareté : 400 Francs Babelon

Descriptif : Comme César, trente cinq ans plus tard, Sylla s’est placé sous la protection de Vénus. Les deux trophées du revers pourraient être ceux érigés après la bataille de Chéronée, commémorant les victoires sur les armées de Mithridate. Il pourrait aussi s’agir d’une représentation gémellaire du palladium. Les instruments pontificaux font normalement référence à l’augurat. Mais d’après les conclusions de M. Crawford, Sylla n’aurait reçu ce titre qu’en 82 avant J.-C. après la prise de Rome. Cet aureus aurait été frappé en Orient, en Grèce peut-être, au moment où Sylla ayant triomphé de Mithridate après la guerre s’apprête à passer en Italie avec 40.000 hommes. Il débarque alors à Brindisium pour une campagne qui le mènera jusqu’à Rome.

monnaie_aureus__btv1b104534303monnaie_aureus__btv1b104534303-1

10.81gr _ 20.1mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

D’après ce classement, les monnaies frappées par les soins du questeur L. Licinius Lucullus datent, les unes de l’an 667 et les autres de l’an 671 : ces monnaies étaient célèbres dans l’antiquité même sous le nom de monnaies luculliennes, et voici ce que Plutarque nous raconte à leur sujet : « C’est par les soins de Lucullus, que fut frappée, dans le Péloponèse, la plus grande partie de la monnaie émise pendant la guerre de Mithridate, d’où vint le nom de lucullienne à cette monnaie qui resta longtemps en circulation, ayant eu l’occasion de s’échanger rapidement en soldant les dépenses nécessitées par les besoins de la guerre . »
L’aureus et le denier qui suivent ont été frappés dans la Grèce en 667 (87 av. J.-C.) après les victoires de Chéronée et d’Orchomène dont nous avons parlé plus haut : les deux trophées font allusion à ces deux victoires, tandis que le praefericulum et le lituus rappellent que Sylla était investi de la dignité d’augure. C’est au cours de cette expédition que Sylla fut proclamé pour la seconde fois imperator par ses troupes. « Le titre d’imperator iterum que lui donnent quelquefois les médailles, dit Mommsen, ne se rapporte pas aux nombreuses victoires qu’il remporta sur Mithridate, de 667 à 670; car un général ne pouvait être proclamé imperator qu’une seule fois dans la même guerre. Mais il est probable que ce titre lui avait été déjà donné une fois, soit dans sa campagne de Cilicie, qu’il fit en qualité de propréteur en 662 (92 av. J.-C.), soit pendant la guerre Sociale, et on avait tenu compte de ce renouvellement de titre, comme nous le verrons aussi pour L. Aemilius Paullus. Cependant, il ne faudrait pas regarder les monnaies sur lesquelles on lit IMP, comme plus anciennes que celles sur lesquelles on trouve IMP. ITERVM ; car nous savons par les inscriptions que l’usage d’ajouter iterum commença seulement à s’introduire vers cette époque et qu’il n’était pas encore devenu une règle fixe ni exactement suivie ».

Enregistrer