86 av. JC

Denier Critonia _ RRC 351/1

Avers AED. PL (Ædiles Plebei)

Buste drapé de Cérès à droite, coiffée d’une couronne d’épis.

Revers : PA // M. FAN. L. CRT (Publico Argento // Marcus Fannius Lucius Critonius, Argent public // Marcus Fannius Lucius Critonius)

Les deux édiles assis à droite sur un banc (subsellium), vêtus de la toge; dans le champ à droite, un épi de blé.

Atelier : Rome

Gens Critonia et Fannia

RéférencesRRC 351/1 – B.1 (Critonia)

Indice de rareté : 6

Descriptif : Nous ne connaissons pas la carrière de Lucius Critonius, mais nous savons que Marcus Fannius sera ultérieurement préteur en 80 avant J.-C. Droit et revers font référence à la fonction des deux édiles plébéiens et au rôle qu’il tenait dans la distribution de grains à Rome. L’émission est exceptionnelle comme le fait remarquer D. R. Sear qui rappelle que la distribution fut effectuée avec l’argent public, “PA pour publico argento”. qui fut prélevé sur les réserves du Sénat. De son côté, M. Crawford émettait l’idée que cet argent aurait pu provenir des libéralités de Ptolémée X Alexandre, pharaon d’Égypte.

M. Crawford a relevé une estimation de vingt-deux coins de droit et de vingt-quatre coins de revers.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

On ne connaît de cette famille que L. Critonius qui fut aedilis caerialis en 710 (44 av. J.-C.) . La charge d’aedilis eaerialis venait d’être instituée par Jules César qui porta à six le nombre des aediles plebei, de Rome . Comme la monnaie décrite plus loin porte les noms de L. Critonius et de M. Fannius qualifiés tous deux de aediles plebei, et que le type du droit est la tête de Cérès, on pourrait croire que ce denier a été frappé en 710 par l’édile L. Critonius et par son collègue M. Fannius dont le nom serait ainsi révélé par la numismatique. Cette attribution vraisemblable et admise par les anciens numismatistes ne saurait plus être soutenue aujourd’hui. Cavedoni et Mommsen ont prouvé, par l’examen des dépôts, qu’il fallait faire remonter ce denier jusque vers l’an 672 (82 av. J.-C.) au moins. Cette pièce s’est en effet rencontrée dans le dépôt de Montecodruzzo, enfoui vers 673 (81 av. J.-C.), dans celui de Cadriano, enfoui avant 705 (49 av. J.-C.), et. dans celui de Frascarolo enfoui entre 682 et 686 (72-68 av. J.-C.). L’attribution de Cavedoni et de Mommsen nous paraît encore confirmée par la présence, sur le denier en question, de la mention publico argento qui ne saurait être de beaucoup postérieure à la lex Papiria de l’an 665 (89 av. J.-C.). Enfin, ajoutons que l’on connaît un M. Fannius qui fut préteur en 674 (80 av. J.-C.) et qui est probablement le monétaire dont le nom figure sur le denier. Quant à l’édile L. Critonius de l’an 710, c’était sans doute le fils de celui qui frappa monnaie vers 665 (89 av. J.-C.), et qui est historiquement inconnu. On peut comparer au denier des édiles Fannius et Critonius celui des questeurs Pison et Cépion.


Lieux de découverte (85 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer