Avers : SABIN A.PV (Sabinus, Argento Publico)

Tête nue et barbue de Tatius à droite; une palme sous le menton ou le monogramme de (TA).

Revers : L. TITVRI (Lucius Titurius)

Tarpeia agenouillée de face entre deux soldats qui lui jettent leurs boucliers; au-dessus, une étoile placée au-dessus d’un croissant.

Datation 89 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens Tituria

Références : RRC 344/2c – B.5 (Tituria)

Indice de rareté : 3

Descriptif : La gens Tituria était d’origine sabine et descendait peut-être de Tatius, roi sabin contemporain de Romulus, que rappelle le droit.

Le revers conte l’histoire de Tarpeia, jeune vierge qui trahit Rome pour l’amour de l’or. En échange de bracelets précieux que portaient les Sabines à leurs bras, prix de sa trahison, elle aurait ouvert les portes de la ville. Pour la punir, suivant les versions , les Romains ou bien des soldats sabins l’ensevelirent sous un monceau de boucliers (voir en dernier lieu, Jean Haudry, Juno Moneta. Aux sources de la monnaie, Milan 2002). Le croissant de lune, surmonté d’une étoile au revers, rappelle que le culte de Luna fut introduit à Rome par Tatius. Ce culte était célébré dans deux temples, l’un placé sur l’Aventin, le second au Capitole, non loin de l’endroit où Tarpeia avait été exécutée et d’où les condamnés pour trahison étaient précipités (la roche tarpéienne). Cette histoire a donné naissance à l’expression : “la roche tarpéienne n’est jamais très éloignée du Capitole” et qui peut se traduire par : “la déchéance peut suivre une ascension trop rapide”.

Au droit, la mention “argento publico” déjà utilisée pour les deniers frappés entre 102 et 100 avant J.-C., sous Marius, est peut-être à mettre en rapport avec les événements de la guerre Sociale.

M. Crawford a relevé une estimation de 294 coins de droit et de 327 coins de revers pour trois variétés.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

On connaît un certain Titurius qui eut, comme lieutenant de Q. Metellus Pius, un commandement dans la guerre contre Sertorius en Espagne, vers 675 (79 av. J.-C.); son fils Q. Titurius Sabinus fut lieutenant de César dans la guerre des Gaules, de 697 à 700 (57 à 54 av. J.-C.). Cavedoni, qui regarde les médailles ci-dessous décrites comme frappées vers 666 (88av. J.-C.), les donne au premier de ces deux personnages, dont le nom exact est L. Titurius L. f. Sabinus, comme l’indique la légende de l’as. Sur le denier, figure le monogramme TA (Tatius), pareil au monogramme inexpliqué sur des pièces anonymes et celles de Postumius (Postumia, 9). Ici l’interprétation de TA par Tatius n’est pas douteuse. C’est une allusion qui trouve sa raison d’être dans le nom Sabinus du monétaire. On voit, sur les médailles, le roi des Sabins, Titus Tatius, et l’enlèvement des Sabines représente sous diverses formes. Nous n’insisterons que sur le revers qui montre Tarpeia à moitié ensevelie sous les boucliers. Au-dessus de cette scène, on aperçoit le croissant lunaire et une étoile. Properce fait effectivement intervenir la Lune dans l’histoire de Tarpeia :

Saepe illa immeritae causata est omnina lunae.

Et sibi tinguendas dixit in amne comas.

Sur les deniers de P. Petronius Turpilianus, figurent aussi tantôt un croissant et une étoile, tantôt le supplice de Tarpeia. Il paraît que l’édicule de la Lune sur la partie du forum romain appelée Graecostasis se rattache à la même tradition.

Borghesi, dans une lettre à Mommsen, a proposé de restituer à L. Titurius un as qui est généralement classé à la famille Turillia et qui porte TVRI L. Le savant italien pense qu’une partie de la légende a été effacée et qu’il faut lire en réalité : [L. TI]TVRI. L[.F]. Nous avons vérifié sur plusieurs exemplaires la conjecture de Borghesi; elle est parfaitement exacte. Mais les autres pièces en bronze qui portent seulement la légende TVR appartiennent à la famille Turillia.

On pourrait peut-être donner à la Tituria gens le victoriat qui a pour légende P. SABINVS; on le trouvera décrit à la famille Vettia. L. Titurius Sabinus paraît avoir formé un collège monétaire avec Q. Titius et C. Vibius Pansa.


Lieux de découverte (639 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer