91 av. JC

Denier Junia _ RRC 337/3

Avers Anépigraphe

Tête casquée de Rome à droite; derrière la tête, lettre de contrôle.

Revers : D·SILANVS·L·F / ROMA (Decimus [Iunius] Silanus Lucii Filius” Decimus Junius Silanus fils de Lucius)

Victoria (la Victoire) dans un bige galopant à droite, tenant les rênes des deux mains. Au dessus, marque de contrôle.

Atelier : Rome

Gens Junia

Références : RRC 337/3 – B.15 (Junia)

Indice de rareté : 1 Franc Babelon

Descriptif : Pour cette émission, les coins sont numérotés à l’aide de l’alphabet latin pour le coin de droit et de chiffres romains au revers. Une lettre peut être associée à plusieurs chiffres pour le revers.

M. Crawford a relevé une estimation de 597 coins de droit et de 663 coins de revers ce qui donne une estimation comprise entre un et deux millions de deniers frappés originellement.

Ci-dessous une galerie d’images du denier Junia, comportant 312 exemplaires avec des marques de contrôle différentes, classées par ordre alphabétique des lettres latines du droit.


Ci-dessous, un exemplaire « barbare » du denier Junia avec comme légende au revers D·SILANVS·III  / ROMA (3.12gr _ 19.2mm) :

btv1b10452713dbtv1b10452713d(1)


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

D. Junius Silanus L. f. Monétaire vers 665 (89 av. J.-C.).

Ce magistrat ne peut être Decimus Silanus qui fut édile en 684 (70 av. J.-C.) et consul en 692 (62 av. J.-C.), car le père de ce dernier portait le prénom de Marcus et non de Lucius, comme le veulent les monuments numismatiques. Le nom de L. Silanus ne se rencontre pas dans les historiens du temps de la république . Quant aux types des monnaies de D. Silanus, ils sont assez faciles à expliquer. Le masque de Silène, analogue à celui de Pan sur les monnaies de C. Vibius Pansa, est une allusion directe au surnom de Silanus, et la charrue qu’on voit parfois (n° 19) sous ce masque, est une arme parlante pour le nom de Bubulcus, bouvier, qu’ont porté les ancêtres du monétaire. La tête de la Santé ou Salus (n. 17 et 18), rappelle le temple consacré à cette divinité, pendant les guerres du Samnium, en 452 (302 av. J.-C.), par le dictateur C. Junius Bubulcus Brutus. Salus était d’origine sabine, et c’est pour ce motif que le temple dont nous parlons fut bâti près du Quirinal, sur la collis Salularis ; Fabius Pictor y avait exécuté des peintures murales célèbres dans l’antiquité ; la fête de la déesse se célébrait le 8 août . Le torques qui figure autour de cette tête de Salus, comme sur les pièces des Manlii, symbolise la parenté des Junii Silani avec les Manlii Torquati : le jurisconsulte T. Manlius Torquatus avait été adopté par D. Junius Silanus vers l’an 552 (202 av. J.-C.). Le bige de la Victoire, type des plus ordinaires sur les monnaies de la république, pourrait être en même temps une réminiscence des succès de M. Junius Silanus pendant la seconde guerre Punique. Les sesterces mentionnent la loi Plaulia-Papiria, en vertu de laquelle ils furent frappés : cette loi est de l’an 665 (89 av. J.-C.), ce qui nous donne la date de la charge de D. Junius Silanus comme magistrat monétaire; un de ses collègues paraît avoir été L. Calpurnius Piso Frugi.


Lieu de découverte (121 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer