Ch207 – Denier Calpurnia – Lucius Calpurnius Piso Cæsoninus

100 av. JC

Denier Calpurnia _ RRC 330/1

Avers PISO./ CAEPIO./ Q (Piso Cæpio Quæstores, Piso Caepio questeurs)

Tête laurée de Saturne à droite; derrière, une harpe.

Revers :  AD. FRV. EMV. / EX. S.C (Ad frumentum emundum / Ex senatus consulto, Pour l’acquisition de grains / Avec l’accord du Sénat)

Les deux questeurs, drapés, assis à gauche sur un banc entre un épi de blé et un grain d’orge.

Atelier : Rome

Gens Calpurnia et Servilia

Références : RRC 330/1 – B.5 (Calpurnia)

Indice de rareté : 5

Descriptif : Ce type rappelle que les deux questeurs, celui de la ville (quæstor urbanus), Quintus Servilius Cæpio, et celui d’Ostie, (quæstor Ostiensis), Lucius Calpurnius Piso eurent l’autorisation avec l’accord du Sénat (Ex Senatus Consulto) de promulguer une loi particulière, votée par le Sénat pour l’achat des grains : un semis et un triens pour un modius soit les cinq sixièmes d’un as pour un modius ou seize sextarii (= 8,75 litres). Le Sénat permit en conséquence aux deux questeurs de faire frapper une émission spéciale qui servirait à financer l’opération frumentaire. Quintus Servilius Cæpio fut peut-être ensuite préteur en 91 avant J.-C. Quant à Lucius Calpurnius Piso Cæsoninus qui fut préteur en 90 avant J.-C., il fit promulguer la “lex Calpurnia” qui offrait la citoyenneté romaine à certains alliés italiens pendant la Guerre sociale. Il est aussi le père d’un homonyme qui sera consul en 58 avant J.-C.

M. Crawford a relevé une estimation de 72 coins de droit et de 90 coins de revers.

Deux variantes du denier Calpurnia existent suivant la position de la marque de contrôle au droit :

1 – Marque de contrôle au-dessous de la légende CAEPIO RRC 330/1a :


2 – Marque de contrôle au-dessus de la tête de Saturne RRC 330/1b :


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

L. Calpurnius Piso Coesoninus. Questeur vers 654 (100 av. J.-C.)

Le denier décrit plus bas porte les noms de Piso et de Caepio, qualifiés de quaestores ad frumentum emendum, ex senatus consullo. Recherchant quels pouvaient être ces deux questeurs, Cavedoni cite ce passage de l’auteur anonyme des livres ad C. Herennium (I. 12,21) : Cum L. Salurninus legem frumentariam de semissibus el trientibus laturus essel, Q. Coepio, qui id temporis quoeslor urbanus eraL docuit senatum oerarium pâli non posse largitionem iantam. La questure de Q. Servilius Coepio dont il est ici question ne peut coïncider qu’avec le premier ou le second tribunat de L. Saturninus, qui tombent, le premier en 651 (103 av. J.-C.) et le second en 654 (100 av. J.-C.). Nous avons par conséquent la date de l’émission de notre denier, date qui s’adapte parfaitement avec le passage cité plus haut. Le collègue de Q. Servilius Coepio dans la questure urbaine, et qui n’est mentionné que par son cognomen Piso, ne peut être que L. Calpurnius Piso Cæsoninus, que nous voyons, dirigeant une manufacture d’armes à Rome pendant la guerre des Marses: il était le fils d’un personnage du même nom qui fut consul en 642 (112 av. J.-C.) et qui combattit pour repousser l’invasion des Cimbres. Nous parlerons de Q. Servilius Cæpio, à la famille Servilia. Il est probable, comme le pense Mommsen que le Sénat avait accordé aux questeurs urbains des fonds extraordinaires pour l’achat des blés que la guerre de Sicile avait fait renchérir. A cette occasion, le Sénat fit frapper une grande quantité de ces deniers, dans l’intention de montrer ses efforts pour livrer au peuple le blé à meilleur compte. Cæpio, nous dit le texte cité plus haut, fit remarquer au Sénat que ces largesses allaient épuiser le trésor public. La tête de Saturne qui figure au droit du denier avec la harpe, emblème de ce dieu, fait allusion à l’oerarium Saturai dont la garde était confiée aux questeurs et qui livrait ses trésors pour l’émission décrétée par le Sénat ; au revers, on voit les deux questeurs assis sur leur subsellium, et ayant, à côté d’eux, des épis qui rappellent les circonstances que nous venons de raconter ; un type analogue se voit sur les deniers de M. Fannius et L. Critonius qui ont frappé comme édiles plébéiens, en l’an 710 (44 av. J.-C.), et ceux de L. Sulpicius Platorinus. Henri de Longpérier a consacré une intéressante étude aux insignes de la questure, qui figurent sur les médailles dont il s’agit ici, ainsi que sur quelques monnaies de Macédoine frappées à l’époque de la domination romaine.


Lieux de découverte (140 exemplaires)

Enregistrer