105 av. JC

Denier Thoria _ RRC 316/1

Avers I. S. M. R (Iuno Sospita Mater Regina, Junon Sospita reine de la maternité)

Tête de Junon Sospita à droite, coiffée d’une peau de chèvre.

Revers : L. THORIVS / S // BALBVS (Lucius Thorius Balbus)

Taureau chargeant à droite. Au dessus, marque de contrôle.

Atelier : Rome

Gens Thoria

Références : RRC 316/1 – B.1 (Thoria)

Indice de rareté : 2 

Descriptif : Lucius Thorius Balbus était originaire de Lanuvium où Junon Sospita était vénérée. La déesse était invoquée, en particulier, lors des grossesses d’où l’allusion de la légende au droit. Au revers la représentation du taureau est un jeu de mot (taurus) avec le nom du monétaire. Cicéron évoque notre monétaire dans l’un de ses textes comme n’étant jamais satisfait (Cicero, de fin, II, 63). Notre monétaire fut légat en Espagne sous le proconsulat de Metellus (RE. V, p. 775, n°3) .

M. Crawford a relevé une estimation de 450 coins de droit et de 562 coins de revers.

C’est l’un des deniers républicains les plus courants du monnayage avec une production dépassant certainement le million de deniers frappés.

Ci-dessous, une galerie d’images du denier Thoria classées par ordre alphabétique de la lettre contrôle du revers :


Exemplaire de denier Thoria avec une frappe incuse :

btv1b104510695btv1b104510695 (1)

4.02gr _ 19.4mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

La famille Thoria n’est connue que par deux représentants : Sp. Thorius Balbus, tribun du peuple en 643 (III av. J.-C.), auteur d’une loi agraire connue sous le nom de Thoria le et L. Thorius Balbus, le monétaire. Celui-ci était originaire de La muvium: c’est pour cette raison que la tête de Junon Sispes ou Sospita ou Junon Lanuvienne figure sur ses espèces, tandis que le taureau bondissant rappelle phonétiquement le nom de Thorius et le mot grec , impetuosus. Contemporain de Cicéron, L. Thorius Balbus fut triumvir,peut-être avec M. Serveilius C. f., vers 660 (94av. J.-C.). C’était un viveur fameux par ses débordements de toute espèce; voici le portrait que trace de lui Cicéron : « L. Thorius Balbus était de Lanuvium. Il était si amateur de plaisirs qu’il n’y en eut pas de si raffiné qu’il ne se procurât. Outre qu’il aimait les plaisirs, il s’y connaissait et avait de la fortune; il était assez peu superstitieux pour mépriser tous les petits temples et les cérémonies religieuses de Lanuvium, et assez hardi devant la mort pour l’avoir rencontrée dans une bataille au service de la république… Il avait soin de sa santé; il faisait un exercice modéré pour pouvoir donner à ses repas l’assaisonnement du besoin; il ne mangeait que des choses délicates et faciles à digérer; il ne buvait que d’excellent vin, mais jamais assez pour en être incommodé… Il avait de belles couleurs, une santé à toute épreuve, beaucoup d’agrément de sa personne ; enfin sa vie était remplie de toutes les voluptés imaginables. » L. Thorius Balbus prit part à la guerre d’Espagne contre Sertorius, sous les ordres de Metellus, et dans cette campagne, en 675 (79 av. J.-C.), il fut défait et tué par Hirtuleius.


Lieux de découverte (1007 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer