Ch187 – Denier Serratus Aurelia – Lucius Aurelius Cotta

105 av. JC

Denier Serratus Aurelia _ RRC 314/1b

Avers Anépigraphe

Buste drapé de Vulcain à droite, coiffé d’un bonnet lauré; derrière, une paire de tenailles; derrière le bonnet, marque de valeur XVI (en monogramme); le tout dans une couronne de laurier. Avec lettre de contrôle sous le menton.

Revers : L·COT

Aigle debout à droite sur un foudre, les ailes ouvertes, la tête tournée à gauche; le tout dans une couronne.

Atelier : Rome

Gens : Aurelia

Références : RRC 314/1b – B.21 (Aurelia)

Indice de rareté : 6

Descriptif : Vulcain est le dieu des enfers et des forgerons. Il est aussi le dieu protecteur qui préside à la fabrication des monnaies. Pour ce type de denier, il y a plusieurs manières de marquer les pièces. Les lettres peuvent être placées au droit ou au revers et dans certains cas, des deux côtés. Le droit rappelle que Caius Aurelius Cotta, ancêtre du monétaire s’est emparé de Lipara alors qu’il était consul en 252 avant J.-C. pendant la première guerre Punique. En effet, Vulcain était représenté sur le monnayage de l’île. Le revers est lié au droit : le consul Caius Aurelius Cotta reçut le Triomphe pour cette action d’éclat. D’après M. Crawford, Lucius Aurelius Cotta fut Tribun de la plèbe en 103 avant J.-C. et est peut-être le préteur de 95 avant J.-C.


Variété du denier serratus Aurélia sans lettre de contrôle que ce soit au droit ou au revers RRC 314/1a :

[Monnaie_Denarius_serratus_Rome]_Rome_Atelier_btv1b104258345[Monnaie_Denarius_serratus_Rome]_Rome_Atelier_btv1b104258345 (1)

3.90gr _ 20.3mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

L. Aurelius Cotta. Questeur vers 664 (90 av. J.-C.)

L. Aurelius Cota ou Cotta fut questeur vers 665 (89 av. J.-C.), préteur en 684(70 av. J.-C.), consul en 689 (65 av. J.-C.) et censeur l’année suivante. Il prit une part active à la répression de la conspiration de Catilina, puis, lors de la guerre civile, il se rangea dans le parti de Jules César. Il fut même un de ceux qui proposèrent de donner au dictateur le titre de roi, parce qu’on prétendait avoir lu dans les libri fatales que l’empire des Parthes ne pourrait être subjugué que par un roi. Le type de son denier est particulièrement intéressant; au droit, la tête de Vulcain avec les tenailles ressemble exactement au symbole monétaire qui figure dans le champ du denier de L. Caesius, et rappelle les pièces autonomes de Malaca en Espagne , ou plutôt celles de Lipara, île dans laquelle le culte de Vulcain était particulièrement en honneur. L. Cota choisit ce type pour commémorer, comme l ‘a fort bien vu Cavedoni, la conquête de cette île par un de ses ancêtres, L. Aurelius Cotta, en 502 (252 av. J.-C.). L’aigle du revers tient dans ses serres le foudre forgé par Vulcain. La dentelure des bords indique au surplus, une fabrique provinciale, et l’on rencontre souvent des exemplaires de ce denier qui sont fourrés. L. Aurelius Cotta fit probablement frapper ce denier comme questeur, et son collègue parait avoir été L. Cornélius Scipio Asiagenus.


Lieux de découverte (73 exemplaires)