106 av. JC

Denier Serratus Sulpicia Avers D. P. P (Dei Penates Publici, les dieux Pénates)

Têtes accolées des dieux Pénates laurés à gauche.

Revers : C. SVLPICI. C. F (Caius Sulpicius Caii Filius, Caius Sulpicius fils de Caius)

Deux soldats debout face à face; devant, une truie allaitant ses petits; au-dessus, marque de contrôle.

Atelier : Rome

Gens Sulpicia

Références : RRC 312/1 – B.1 (Sulpicia)

Indice de rareté : 5

Descriptif : Le type monétaire se rapporte à Lavinium d’où était originaire la gens Sulpicia. Énée, fuyant Troie et arrivant dans le Latium, aurait déposé ses Pénates à Lavinium. Ces divinités associées à Vesta protégeaient le foyer de la maison. Elles étaient souvent représentées par deux statues de jeunes gens assis qui étaient conservées dans un temple sur la Vélia à Rome. Ils étaient aussi chargés de veiller à l’approvisionnement de Rome sous la République. Par extension, dans le langage familier, regagner ses pénates, c’est rentrer chez soi !

M. Crawford a relevé une estimation totale de 110 coins de droit et de 137 coins de revers. À chaque lettre de l’alphabet plusieurs coins peuvent être associés.

Les marques de contrôle au revers du denier serratus Sulpicia sont des lettres latine.

 Ci-dessous, une galerie d’images du denier serratus Sulpicia classées par ordre alphabétique des lettres de contrôle du revers:


Exemplaire du denier serratus Sulpicia avec une frappe incuse :

3.86gr _ 18.1mm


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

C. Sulpicius C. f. Monétaire vers 660 (94 av. J.-C.)

Ce magistrat pourrait être C. Sulpicius Gallus qui fut préteur en 691 (63 av. J.-C.), ou plutôt, comme le pense Borghesi, le Galba qui servait sous les ordres de Sylla en 668 (86 av. J.-C.) dans la guerre contre Mithridate et qui intervint en 672 (82 av. J.-C.) dans la bataille de la porte Colline; les auteurs ne nous disent pas son prénom. Les monnaies le donnant comme fils d’un Caius, son père est peut-être C. Sulpicius Ser. f. Galba qui fut accusé d’avoir trahi les Romains dans la guerre contre Jugurtha et fut condamné parla loi Mamilia en 644 (110 av. J.-C.).
Les types du denier de C. Sulpicius C. f. font allusion à la ville de Lavinium, berceau de la gens Sulpicia. On sait que les dieux Pénates, honorés d’un culte particulier à Lavinium, et qui sont ici représentés, apparurent à Enée dans un songe et lui promirent l’empire de Rome après celui de Lavinium .Ces divinités qu’on voit, comme ici, sur un des deniers de C. Antius Restio, avec l’inscription DEI PENATES, furent assimilées aux Dioscures, ainsi que nous l’avons fait ressortir en traitant des monnaies de Man. Fonteius, qui offrent le même type. Nous avons donné les raisons qui autorisent à interpréter les lettres D. P. P. par Dei Penates Publici, plutôt que par De Pecunia Publica. Le type du revers rappelle celui des deniers de C. Antistius Reginus (Anteslia, 17) et de C. Antistius Vetus (Antestia, 21), celui du denier de Ti. Veturius, et surtout enfin le type d’un groupe de pièces romano-campaniennes que nous avons expliquées ailleurs et qui furent imitées par les insurgés de la guerre Sociale en 665.


Lieux de découverte (167 exemplaires)

Enregistrer