110 – 109 av. JC

Denier Porcia _ RRC 301/1

Avers P L(AE)CA / ROMA (Publius Laeca / Rome)

Tête casquée de Rome à droite; sous le menton, marque de valeur X.

Revers : PROVOCO

Personnage militaire debout à gauche, étendant la main droite au-dessus d’un citoyen debout à gauche, tourné à droite, vêtu de la toge; derrière le personnage central, un magistrat debout à gauche, tenant une longue tige de la main droite (licteur).

Atelier : Rome

Gens Porcia

Références : RRC 301/1 – B.4 (Porcia)

Indice de rareté : 6 Francs Babelon

Descriptif : Le revers fait référence à la “lex Porcia de Provocatione” par un ancêtre du monétaire, le consul Marcus Porcius Cato en 195 avant J.-C., limitant le pouvoir de réquisition des gouverneurs. Mais ce revers pourrait faire aussi allusion aux lois, votées entre 198 et 194 avant J.-C. par Publius Porcius Læca, Lucius Porcius Licinus et Marcus Porcius Cato, plus connues sous le nom “de tergo cives” visant à interdire les peines corporelles pour les citoyens. Ce denier a été diversement interprété et largement commenté. Plusieurs auteurs, à cause de la légende d’exergue, PROVOCO, pensent que la scène représentée se rapporte à la loi limitant les pouvoirs des gouverneurs envers les citoyens. La description du personnage placé derrière le militaire étendant sa protection au citoyen est souvent mal compris. Il a été décrit comme le gouverneur ou le licteur en raison des bâtons qu’il tient dans l’une et l’autre main. Si l’événement commémoré se rapporte à la seconde série de lois, tout devient clair, le troisième personnage devient tout simplement un exécuteur qui tient les verges qui servaient à corriger les manquements à la discipline dans l’armée. Le militaire placé au centre, en étendant sa main au-dessus du citoyen, représenté en toge, le protège du châtiment corporel que le soldat placé derrière s’apprêtait à appliquer.

M. Crawford a relevé une estimation totale de 88 coins de droit et de 110 coins de revers.


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

P. Porcins Laeca. Monétaire vers 644 (110 av. J.-C.)

Ce magistrat monétaire est inconnu dans les textes denier mais son porte un type fort intéressant dont Cavedoni a donné une explication aussi juste qu’ingénieuse. On voit un guerrier suivi d’un licteur, qui étend la main sur la tête d’un personnage en toge au-dessous, on lit provoco, j’en appelle – ! C’est une allusion à l’extension du droit de provocation ou d’appel accordé aux citoyens romains même à l’encontre du commandement militaire. Ce changement important dans la législation romaine était dû à des membres de la famille Porcia, qui avaient fait voter par le Sénat successivement trois lois sur ce sujet . La date de ces leges Porciae n’est pas connue d une manière positive. On sait seulement par Cicéron que la plus importante des trois est antérieure aux Gracques, et qu’une autre est due à l’initiative de Caton l’Ancien . Tite Live parle de l’une d’elles sans en nommer l’auteur. Comme ces lois étaient en faveur de la liberté des citoyens et étendaient leur droit d ‘appel, on comprend le type de la monnaie de M. Porcius Laeca, que nous avons donnée plus haut (Porcia, 3), et qui représente le triomphe de la Liberté; .le denier de P. Laeca fait allusion au rapport de ces lois avec l ‘autorité militaire, dont elles tendaient à restreindre l’omnipotence.


Lieu de découverte (36 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer