Avers : PANSA

Tête imberbe de Liber à droite, coiffée d’une couronne de vigne.

Revers : C. VIBIVS. C. F. C. N (légende de gauche à droite ou inversement) (Caius Vibius Caii filius Caii nepos, Caius Vibius fils de Caius, petit-fils de Caius)

Cérès sur un bige de serpents tenant les rênes de la main droite et portant une torche de la main gauche.

Denier Vibia _ RRC 449/3

Datation 48 avant J.C.

Matière Argent

Atelier : Rome

Gens : Vibia

Références : RRC 449/3 – B.17 (Vibia)

Indice de rareté : 8

Descriptif : Caius Vibius Pansa Cætronianus était le fils adoptif de Caius Vibius Pansa. Césarien, il fut successivement gouverneur de Bithynie en 47-46 avant J.-C., puis en Gaule l’année suivante. Caius Vibius Pansa fut l’un des deux consuls malheureux de 43 avant J.-C. qui périt avec Hirtius en combattant Antoine au siège de Mutina. M. Crawford pense que Liber était le dieu protecteur de la famille Vibia. L’effigie de Liber sera réutilisée en 42 avant J.-C. par Caius Vibius Varus. Le revers représentant Cérès est peut-être inspiré par le revers du denier de son père adoptif, Caius Vibius Pansa qui fut monétaire lui-même pendant la guerre Sociale en 90 avant J.-C.

1) Variante du denier Vibia avec la légende du revers de gauche à droite RRC 449/3b :


2) Variante du denier Vibia avec la légende du revers de droite à gauche RRC 449/3a :

btv1b10454546x-2btv1b10454546x-3


Extrait de Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine d’Ernest Babelon

C. Vibius C. f. C. n. Pansa. En 711 (43 av. J.-C.)

Il s’agit de C. Vibius Pansa qui fut consul en 711 avec A. Hirtius. Tribun du peuple en 703 (51 av. J.-C.) et probablement préteur en 706 (48 av. J.-C.), il se montra un ardent partisan de Jules César, qui l’honora de sa confiance et lui donna, en 709 (45 av. J.-C.), le gouvernement de la Gaule Cisalpine. Pansa rentra à Rome l’année suivante, et, en 710, César le fit désigner comme consul avec Hirtius, pour l’an 711 (43 av. J.-C.). En cette année-là, quand la guerre civile fut déclarée, les consuls Hirtius et Pansa se mirent à la tête de l’armée sénatoriale pour aller délivrer Decimus Brutus qui, à ce moment, faisait cause commune avec le sénat et se trouvait assiégé dans Modène par Marc Antoine. Ainsi s’expliquent les monnaies qui portent, à la fois, le nom de D. Brutus et de Pansa. Ce dernier organisa à Rome quatre nouvelles légions qu’il conduisait aux tyrannicides lorsque Antoine vint s’opposer à son passage près de Forum Gallorum (Castel – Franco). Pansa, obligé de se jeter dans la mêlée, fut mortellement blessé : il expira à Bologne quelques jours après. Il résulte de ce qui précède que toutes les monnaies de C. Vibius Pansa n’ont pu être frappées qu’en 711, au cours de la guerre de Modène. Sur le denier n. 16, nous voyons, comme sur les pièces du monétaire précédent, Cérès à la recherche de sa fille Perséphone enlevée par Pluton. Souvent aussi, comme sur le denier n. 17, on représente Cérès dans un bige de dragons.
Jupiter Anxur ou Axur, sur le n. 18, tire son nom de la ville d’Anxur .(Terracine) où il avait un sanctuaire célèbre. Jupiter Anxur, associé à la déesse Féronie, dans le culte de cette ville, était représenté sous les traits d’un jeune homme imberbe, ressemblant beaucoup à Apollon Véjovis, tandis que Féronie avait, de son côté, plus d’un point de contact avec Juno virgo.
Les événements qui s’accomplirent en 711 expliquent d’eux-mêmes les types du n. 20 : Pansa, allié aux tyrannicides, combattait pour Rome et la liberté. Rome assise sur des boucliers est un type déjà usité antérieurement par d’autres monétaires. Les mains jointes, le caducée et Mercure, sur les n. 21 et 22, sont des symboles de paix et étaient les emblèmes particuliers du sénat.


Lieux de découverte (14 exemplaires)

Enregistrer

Enregistrer